Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Appel de Marrakech pour un Maghreb progressiste




L’Appel de Marrakech pour un Maghreb progressiste
En Afrique du    Nord, le réveil des sociétés civiles et l'intensification des revendications politiques des citoyens sont un appel pour un Maghreb progressiste. Du Maroc en Egypte, en passant par l'Algérie, la Mauritanie, la Tunisie et la Libye, une forte demande sociale pour la liberté, la démocratie, la justice sociale, l'égalité en droit de tous les citoyens et citoyennes, et le respect des droits humains universels revêt des formes d'expressions diverses.
Portée par des forces politiques progressistes depuis plusieurs décennies, une telle demande est en train de générer une accélération des réformes politiques,  initiées par le Maroc dans le cadre d'un processus graduel et pacifique de démocratisation. Un tel processus est, lui-même, le fruit d'une longue tradition de négociation politique entre la monarchie et les forces politiques progressistes, ainsi que d'un consensus national de la société autour d'une lecture rationnelle et objective de l'Islam. Il doit être amplifié par une accélération de  l'adoption des lois organiques dérivant de la nouvelle Constitution, en particulier dans le secteur de la réforme de la justice, des associations et de la liberté de la presse. Dans ce cadre, nous saluons le travail effectué par le CNDH (Conseil national des droits de l'Homme) et appelons de nos vœux un renforcement de ses moyens humains et financiers à la hauteur des objectifs fixés. Le Maroc peut sans aucun doute jouer un rôle exemplaire et stabilisateur dans la région.
Ailleurs, le processus de transition démocratique est en danger sous la pression de forces conservatrices et la présence d'une lecture fondamentaliste de l'Islam. En Egypte, en Tunisie, en Mauritanie, en Libye et, d'une manière différente en Algérie, les libertés fondamentales, en particulier la liberté de religion, la liberté de conscience, la liberté d'association (notamment des mouvements syndicaux), et la liberté d'expression (surtout de la presse), sont aujourd'hui menacées, voire en recul. La séparation entre la politique et la religion dans l'exercice du pouvoir étatique est un corollaire de la construction démocratique dans les sociétés musulmanes. La corruption et le règne de l'arbitraire continuent de freiner tout développement économique et social. Nous avons besoin d'un nouveau cadre institutionnel, portant les valeurs de justice sociale et de dignité humaine, qui génère un large soutien populaire. Dans cette perspective, nous appelons au développement ou au renforcement de forces politiques alternatives légitimes capables de canaliser cette dynamique spontanée vers une issue progressiste.
C'est pourquoi nous soutenons et appelons à un nouvel élan en faveur d'une coopération plus étroite entre les pays du Maghreb. Seul un approfondissement des relations entre les pays favorisera la prospérité, la stabilité et la transformation démocratique. Face aux défis historiques, tels que l'instabilité de la région du Sahel, la sécurité énergétique, la nécessité de créer des emplois ou de lutter contre le changement climatique, les initiatives régionales sont cruciales: renforcer les réseaux de la société civile (Forum social maghrébin, Forum syndical maghrébin, etc.); soutenir les coopération entre les parlements nationaux;  favoriser le développement du commerce et du secteur privé dans la région pour créer l'emploi; développer les infrastructures comme le réseau d'autoroutes transmaghrébin, l'espace aérien commun ou les "autoroutes de la mer";   la coopération énergétique, etc.
Aussi,  nous socialistes et démocrates européens et maghrébins, réunis à Marrakech, appelons-nous toutes les forces progressistes à se mobiliser pour soutenir le développement institutionnel et politique là où il existe et contribuer à son initiation là où il fait encore défaut.
Notre appel vise concrètement à inciter les institutions et forces politiques et sociales européennes et celles des pays de l'Afrique du Nord à œuvrer ensemble pour la réalisation concertée et pacifique d'un Maghreb progressiste où démocratie et justice sociale fondent des régimes politiques à l'écoute de leurs citoyens. Un Maghreb où la démocratie, le respect des droits de l'Homme, la co-locatisation des activités économiques, le transfert des compétences et la sécurité constituent les bases d'un partenariat pérenne entre les deux rives de la Méditerranée. Les enjeux électoraux de l'année à venir seront cruciaux pour l’avenir de la région. Nous soutiendrons activement l’ensemble de nos partis frères de la région qui participeront prochainement à des élections nationales. La création historique du Forum social-démocrate arabe est un message internationaliste fort, un appel à l'Union des forces démocratiques et progressistes de toute la région pour la création de partis politiques stables et viables, ouverts sur la société, permettant la participation active des femmes et des jeunes, et proposant des programmes gouvernementaux ambitieux.
Notre appel aspire aussi à inciter l'ensemble des forces progressistes  du pourtour méditerranéen à contribuer à la recherche d’une résolution urgente,  pacifique et concertée du conflit au Sahara, une solution mutuellement acceptable qui préserverait les intérêts  des populations concernées tout en garantissant la paix, la sécurité et le développement dans la région.
Au Moyen Orient, notre appel exprime la ferme volonté de l'ensemble des forces progressistes de la région à œuvrer pour un Etat palestinien souverain et démocratique qui vit en bon voisinage avec l'Etat d'Israël.
Notre appel pour  le soutien de la démocratie et de la justice sociale constitue en Afrique du Nord la condition qui permette une stabilité renforcée des État-nations en construction, en particulier la lutte contre le terrorisme et toutes les formes du fondamentalisme idéologique qui aiguisent les conflits.
    Cet appel de Marrakech devrait représenter un des jalons d'un vecteur à travers lequel
l'ensemble des forces progressistes de la Méditerranée sont appelées à se mobilier dans toutes les institutions de la région afin d'œuvrer pour un Maghreb progressiste où la démocratie, la justice sociale et la sécurité fondent un développement régional équilibré.

Le 14 novembre 2013

 Hannes Swoboda
 Président du Groupe S&D


Ahmed Zaidi
Président du Groupe socialiste

Libé
Samedi 16 Novembre 2013

Lu 954 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs