Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kiev saisit l'Assemblée générale de l'Onu du référendum en Crimée

Démission du ministre ukrainien de la Défense




Kiev saisit l'Assemblée générale  de l'Onu du référendum en Crimée
L'Ukraine a mis en circulation un projet de résolution devant l'Assemblée générale des Nations unies qui invaliderait le référendum de rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie.
 Le texte, rendu public lundi, s'inspire du projet de résolution que la Russie a mis en échec au Conseil de sécurité en faisant usage de son droit de veto.
Il précise que le référendum du 16 mars, qui a ouvert la voie à l'annexion de la Crimée, "n'a pas de validité et ne peut servir de base à une modification du statut de la République autonome de Crimée ou de la ville de Sébastopol".
 Contrairement au Conseil de sécurité, une résolution adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies n'a pas de caractère contraignant mais peut adresser un message politique fort.  Si le projet ukrainien était adopté, il pourrait ainsi souligner l'isolement de la Russie sur ce dossier qui a refroidi les relations entre Moscou et ses partenaires occidentaux.
Il devrait être soumis jeudi aux voix des 193 membres de l'Assemblée générale. La mission ukrainienne à l'Onu espère au moins 130 votes.
Le ministre ukrainien de la Défense Igor Tenioukh a présenté mardi sa démission devant le Parlement en raison des critiques concernant sa gestion de la crise en Crimée, proposition qui a été rejetée par les députés.
Seulement 197 parlementaires ont voté en faveur de son départ, soit la plus grande partie des députés présents, mais une majorité absolue des députés constituant l'assemblée, soit 226 voix, est requise pour une telle décision.
La fin des contacts avec la direction russe au sein du G8 porterait préjudice à la Russie mais aussi aux autres pays membres, a déclaré mardi le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, cité par les agences.
 "Pour ce qui est des contacts avec les pays du G8, nous y sommes prêts, nous y avons intérêt, et nous considérons que la réticence des autres pays à poursuivre le dialogue est contreproductive pour nous mais aussi pour nos partenaires eux-mêmes", a déclaré M. Peskov, selon Itar-Tass.
 Lundi, les dirigeants occidentaux réunis à La Haye ont annulé le sommet du G8 prévu en juin à Sotchi, afin de sanctionner la Russie pour ce qu'ils considèrent comme une annexion de la Crimée.
 Le G8 sera remplacé par un G7 à Bruxelles.
 La menace d'une exclusion définitive de la Russie du G8 a été brandie à plusieurs reprises par des dirigeants occidentaux. Elle n'a finalement pas été entérinée à La Haye. 

AFP
Mercredi 26 Mars 2014

Lu 630 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs