Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kiev poussé à changer sa stratégie pour isoler les séparatistes


Kiev poussé à changer sa stratégie pour isoler les séparatistes



Kiev poussé à changer sa stratégie pour  isoler les séparatistes
 
Le changement de la stratégie militaire ukrainienne dans l'Est est une réponse aux renforts reçus de Russie par les rebelles et au convoi humanitaire russe soupçonné de servir de prétexte à une intervention, estiment les analystes.
Alors que les principaux bastions rebelles de Donetsk et de Lougansk sont encerclés, le président ukrainien Petro Porochenko a annoncé "un regroupement de troupes permettant de poursuivre l'offensive de l'armée" compte tenu de "nouvelles circonstances", au cours d'une réunion avec les représentants des forces de l'ordre ukrainiennes.
Il a confirmé les informations données par un dirigeant séparatiste selon lesquelles les rebelles avaient reçu des renforts en provenance de Russie, soit 1.200 hommes bien entraînés ainsi que des chars et d'autres blindés arrivant "au moment le plus crucial". 
Moscou a démenti ces allégations.
"L'opération militaire ukrainienne a été un succès jusqu'à la semaine dernière", ayant permis de réduire des deux tiers le territoire contrôlé par les insurgés, selon Serguiï Zgourets, analyste militaire indépendant. "Depuis, la situation a changé, les groupes séparatistes ayant été renforcés, y compris avec des systèmes de défense antiaérienne", affirme-t-il. 
Jusque là, la tactique employée par le commandement militaire ukrainien consistait à encercler et à mettre sous "blocus total" Donetsk et Lougansk, pour forcer les rebelles à déposer les armes, tout en évitant un assaut frontal qui serait meurtrier pour l'armée et pour les civils. L'offensive cause en outre des pertes de plus en plus élevées dans les rangs ukrainiens, officiellement chiffrées à la mi-août à 568 morts et 2.120 blessés depuis le début de l'opération il y a quatre mois.
L'armée ukrainienne peine aussi à remplir un autre objectif prioritaire : hermétiquement sceller la frontière avec la Russie par laquelle transitent, selon Kiev et les Occidentaux, armes et mercenaires.
Depuis la semaine dernière, Kiev doit en outre gérer l'affaire du convoi humanitaire russe de près de 300 camions destiné à venir en aide aux populations de l'est de l'Ukraine.
Après de longues tergiversations, l'Ukraine a accepté qu'il passe par le territoire contrôlé par les rebelles, mais il reste bloqué depuis jeudi du côté russe de la frontière, officiellement en raison du manque de garanties sur sa sécurité.
Les autorités ukrainiennes ne peuvent non plus se risquer à un cessez-le-feu demandé par la Russie, tant qu'elles ne contrôlent par la frontière.
Un cessez-le-feu unilatéral décrété en juin par M. Porochenko sous la pression des Occidentaux s'était soldé par de multiples pertes dans les rangs ukrainiens et avait été mal accueilli par l'opinion. 
 

AFP
Jeudi 21 Août 2014

Lu 532 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs