Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kiev poursuit son offensive contre les séparatistes

Entretiens directs entre Poutine et des dirigeants occidentaux




Kiev poursuit son offensive contre les séparatistes
Des tirs ont été entendus dans la nuit de mercredi à jeudi à Donetsk, capitale de l'est minier de l'Ukraine toujours sous contrôle des séparatistes pro-russes malgré l'intensification de l'offensive des forces ukrainiennes dans la région, ont indiqué les autorités locales.
 "La nuit s'est passée relativement calmement. Selon les indications des habitants du village Chirokiï (qui fait partie de la localité de Donestk), des tirs ont été entendus", a rapporté la mairie de Donetsk dans un communiqué.
La ville d'environ un million d'habitants a été gagnée par une situation proche de l'anarchie depuis les intenses combats qui ont permis aux forces ukrainiennes de reprendre le contrôle de l'aéroport international (une quarantaine de morts, surtout séparatistes).
 Ses rues restent quasi désertes et contrôlées par les insurgés, qui ont proclamé une "République populaire" indépendante de Kiev et ont établi de nombreux barrages routiers dans ses alentours.
Les forces ukrainiennes, qui ont lancé depuis près de deux mois une "opération antiterroriste", ont intensifié mardi leurs opérations, concentrées autour du bastion pro-russe de Slaviansk, à plus de 100 km au nord de Donetsk.
Les combats ont fait deux morts parmi les soldats et de nombreuses victimes parmi les rebelles, selon Kiev. Ils ont également endommagé une canalisation d'eau, privant d'approvisionnement les habitants de cinq villes de la zone, dont Slaviansk.
 Mercredi soir, les forces ukrainiennes ont affirmé avoir détruit un entrepôt de munitions des rebelles.
Le ministère de l'Intérieur a annoncé jeudi l'envoi prochain d'un troisième bataillon de la Garde nationale, composée de volontaires engagés pour renforcer l'armée, qui doit arriver sur place d'ici à dix jours.
Après la fermeté affichée au G7 sur la crise en Ukraine, les dirigeants occidentaux devaient commencer jeudi à s'expliquer directement avec Vladimir Poutine, pour la première fois depuis l'annexion de la Crimée par la Russie.
 La plupart des dirigeants réunis à Bruxelles doivent se retrouver en soirée à Paris, avant de se rendre en Normandie pour les cérémonies de commémoration du Débarquement allié en juin 1944 où est également attendu le président russe.
 Le Premier ministre britannique, David Cameron doit avoir un entretien en tête à tête avec M. Poutine à Paris. C'est "une opportunité majeure pour insister sur l'importance d'un dialogue entre le gouvernement russe et le nouveau gouvernement ukrainien", avait fait valoir lundi un porte-parole de M. Cameron.
 Vladimir Poutine devait être également reçu hier soir à l'Elysée par le président français François Hollande. La chancelière allemande Angela Merkel le rencontrera vendredi matin, juste avant les cérémonies officielles du Débarquement. Seul le président américain, Barack Obama n'a prévu aucune rencontre avec son homologue russe.
 

AFP
Vendredi 6 Juin 2014

Lu 87 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs