Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kidal aux mains des rebelles touareg

L'UE réclame un cessez-le-feu immédiat




Kidal aux mains des rebelles touareg
Le président malien a demandé mercredi soir "un cessez-le-feu immédiat" après de nouveaux combats qui ont opposé les forces régulières à des groupes armés à Kidal, ville du nord-est du Mali dont les rebelles affirment avoir s'être rendus maîtres.
 Les rebelles touareg du MNLA ont également annoncé avoir pris le contrôle mercredi d'autres localités "d'où l'armée a fui, sans combats".
 Déjà théâtre d'affrontements sanglants le week-end dernier, Kidal, située à 1.500 km au nord-est de Bamako, est plus que jamais un défi pour l'Etat malien: dans ce fief du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, indépendantiste), il n'a jamais réussi à complètement reprendre pied, malgré l'offensive lancée en 2013 par l'armée française qui a permis de libérer le nord du Mali de l'emprise de groupes islamistes.
Des combats, d'abord qualifiés d'"opération de sécurisation" par l'armée malienne, ont éclaté mercredi matin, avant de tourner dans l'après-midi en défaveur de Bamako, en dépit d'appels de l'ONU à un cessez-le-feu immédiat.
 "Nous contrôlons actuellement toute la ville de Kidal", a déclaré à l'AFP Mohamed Ag Rhissa, un chef du groupe rebelle, contacté par téléphone depuis Bamako. Mossa Ag Attaher, responsable de la communication du MNLA, a dénoncé "l'agression" lancée selon lui par l'armée malienne, désormais délogée de "l'ensemble (de ses) positions".
 Une source militaire au sein de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a confirmé que "les groupes armés ont pris nettement le dessus sur les forces armées maliennes". Les camps militaires restent "sous contrôle de l'armée malienne", a-t-elle cependant précisé.
"La situation est calme ce soir à Kidal. Nous avons pris plusieurs villes d'où l'armée a fui, sans combats", a dit M. Ag Assarid, un responsable du MNLA, en citant "Anderamboukane, Ménaka, Aguelhoc, Tessalit, Anefis".
Cette information n'avait pu être immédiatement confirmée auprès d'aucune autre source en dehors des groupes armés.
Dans un communiqué publié dans la soirée, le gouvernement a reconnu que les combats à Kidal ont tourné en défaveur des soldats maliens, qui ont tenté notamment de reprendre le gouvernorat de la ville tombé aux mains des groupes armés le 17 mai. Les forces maliennes ont pu reprendre "un temps le gouvernorat" mais, "affaiblies par des problèmes de coordination, de renseignement, (elles) ont dû se replier sous le feu nourri des groupes rebelles appuyés par les terroristes d'Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) et de narcotrafiquants", a expliqué le porte-parole du gouvernement Mahamane Baby.
M. Baby a indiqué que "conformément au souhait du secrétaire général des Nations unies et au nom de la communauté internationale", le président Ibrahim Boubacar Keïta a demandé "un cessez-le-feu immédiat".
L'Union européenne a condamné jeudi "sans réserve" la reprise des combats à Kidal, dans le nord du Mali, et appelé à "l'instauration immédiate" d'un cessez-le-feu afin de relancer le "processus de réconciliation".
Il a par ailleurs fait état de "plusieurs blessés et des pertes en vie humaines" de part et d'autre dans les combats.
AFP

Vendredi 23 Mai 2014

Lu 451 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs