Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Khouribga : Les autorités font évacuer les marchands ambulants




Les autorités locales ont procédé lundi 25 juin  à l'évacuation  des rues et   des boulevards les plus importants de Khouribga des vendeurs ambulants et des «Ferrachas». Ceci après  l'ultimatum donné par les autorités sous la présidence du pacha  de la ville informant les marchands ambulants de la décision de l'évacuation de l'espace public.  En effet, cette décision était  attendue après que le phénomène  s'est aggravé  et  devenu choquant depuis le début  du "Printemps arabe", la superficie des lieux occupés par les vendeurs ambulants et les « Ferrachas » a triplé.  
Ainsi, des   boulevards et des rues principales ont été fermés  à   la circulation,  au milieu  des protestations répétées des instances politiques et associatives locales  et des personnes lésées par le phénomène du commerce  informel. Ils ont  demandé, à maintes fois, à corps et à cri, une solution d'urgence à l'occupation du domaine public. Occupation illégale qui  altère l'image de la ville, contribue  à l'aggravation des manifestations négatives allant à l’encontre des conditions d’une vie saine et calme et touche le commerce formel par  une concurrence déloyale.   
Cependant,  les autorités locales  doivent trouver  des solutions pour assurer la subsistance des familles qui  vivent  du  commerce informel. Ces marchands itinérants ont le droit de vivre. Certains  sont des diplômés chômeurs, ils ont droit à l'emploi. Il  faut leur réserver  des espaces  dans les quartiers de la ville, créer  de  nouveaux emplois, soutenir  les projets des jeunes, organiser le secteur du commerce et encourager l'investissement.                                                                                  
Dans une conversation téléphonique  avec  le secrétaire régional  du Syndicat national des commerçants et des professionnels, Mohammed Amghar, a déclaré : «Le syndicat approuve cette décision bien qu'elle soit tardive, soulignant que la prolifération du phénomène des vendeurs  ambulants et des « Ferrachas » a endommagé de nombreux commerçants et poussé beaucoup d'entre eux  à la faillite. Il a ajouté que le syndicat a demandé l'organisation  des  vendeurs itinérants  et la levée du  siège sur les commerçants. »
Selon un employé de la municipalité : «Après des années de décisions prises puis reportées, d'incertitudes et de comportements empreints de pusillanimité, les autorités semblent décidées à prendre le taureau par les cornes. Mais,  la question de fond est évidemment celle de la place qu'on veut bien aménager à la communauté des marchands ambulants à Khouribga. On a créé des structures pour les caser. Rien n'y a fait. Ils préfèrent occuper les trottoirs. Essentiellement, c'est un marché parallèle. C'est le propre des économies en mutation. Il faut intégrer ces personnes dans le circuit formel. Or, le circuit légal ne garantit pas autant de profits et présente des contraintes qui n'arrangent pas les affaires des marchands ambulants. Ils n'aiment pas remplir des formulaires et payer des taxes à la municipalité!»
Effectivement, il fut un temps où les marchands ambulants fonctionnaient comme des arrière-boutiques des magasins. C'étaient nos magasins des accessoires. Ils récupéraient à des prix abordables et rendaient accessibles des produits de qualité inférieure. Graduellement, le marché s'est agrandi. De nouveaux opérateurs se sont installés. Une économie parallèle s'est mise en place. Pour une ville qui ne s'embarrassait pas  trop des questions de contrefaçon, le marché informel proliférait à travers des ramifications inquiétantes.
 Aujourd'hui, les rues Moulay Ismail, Moulay Idriss, Mfassis et Chouaib Doukkali, ainsi que les places Al Moujahidine et du «Chinois » ont été complètement quadrillées pour être libérées après plus de plusieurs mois d'occupation par des centaines de vendeurs.
  La plupart des commerçants de la ville considèrent que le phénomène des marchands ambulants est nuisible et entraîne une concurrence déloyale, car il affecte leur  commerce,  surtout qu'ils payent des impôts et  casquent des sommes importantes pour le loyer des magasins, en plus  des factures d'eau et d'électricité. Mais, beaucoup d'entre eux ont reconnu  que si ce commerce est décrit comme étant  anarchique, il fait vivre un grand nombre de chômeurs, de veuves et  de personnes à besoins spécifiques.
Il est à noter que l'opération d'évacuation des marchands ambulants menée par la police et les Forces auxiliaires, supervisée par le pachalik s'est  déroulée  dans l'ensemble sans résistance.

Chouaib Sahnoun
Mercredi 27 Juin 2012

Lu 662 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs