Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kerry en Arabie Saoudite pour faire avancer le dossier syrien

A la recherche de soutien financier pour les rebelles




Kerry en Arabie Saoudite pour faire avancer le dossier syrien
Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a quitté mardi l'Inde pour l'Arabie saoudite dans l'espoir de coordonner le soutien à l'opposition syrienne sur fond de craintes qu'une guerre civile prolongée renforce les extrémistes.
Le chef de la diplomatie américaine devrait passer quelques heures à Jeddah, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, pour consulter les dirigeants de cette monarchie sunnite riche en pétrole, principal soutien des rebelles syriens opposés au régime du président Bachar al-Assad.
Le président Barack Obama reste prudent sur une plus large implication américaine dans ce conflit mais il a souhaité accroître le soutien aux rebelles après avoir conclu que le président Assad défiait les mises en garde et utilisait des armes chimiques.
Les responsables américains ont exprimé en privé leur inquiétude quant à un éventuel soutien de l'Arabie saoudite et de la monarchie du Qatar aux groupes radicaux de la rébellion si les puissances occidentales laissaient un vide.
M. Kerry a affirmé samedi que les pays soutenant l'opposition syrienne allaient intensifier leur aide, militaire et autre, pour aider la rébellion à renverser l'équilibre sur le terrain, lors d'une réunion des "Amis de la Syrie" au Qatar.
Lors d'entretiens avant son départ pour Jeddah, M. Kerry s'est refusé à évoquer toute inquiétude liée à un soutien potentiel de l'Arabie saoudite et du Qatar à des groupes radicaux de la rébellion syrienne, tout en soulignant qu'il était primordial de renforcer les rebelles modérés pour empêcher la victoire d'Assad.
Un scénario aggravé en Syrie pourrait inclure "une totale rupture, avec des radicaux, des extrémistes capables de se procurer des armes chimiques et libres de les utiliser comme base pour mener à nouveau des opérations contre l'Occident et les Etats-Unis", a-t-il mis en garde.
Kerry a appelé à un plus grand soutien à l'opposition syrienne en accusant le président Assad "d'internationaliser" le conflit, en y impliquant l'Iran et le Hezbollah libanais.
Il devrait ensuite arriver dans la journée au Koweït, autre monarchie alliée de Washington, avant la Jordanie plus tard dans la semaine.

Libé
Mercredi 26 Juin 2013

Lu 140 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs