Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jurassic Park dans une boîte de Pétri




Jurassic Park dans une boîte de Pétri
Des scientifiques ont réussi à ramener à la vie une bactérie vieille de 500 millions d’années. Plus exactement, les chercheurs ont inséré des gènes jurassiques dans une bactérie E. Coli moderne. Le germe «Frankenstein» ainsi créé s’est développé et a donné naissance à une descendance de 1.000 générations. Les bactéries chimériques ont rapidement muté et certaines sont devenues plus fortes et même en meilleure forme que les germes actuels. Les scientifiques espèrent maintenant savoir si cette ancienne bactérie évoluera de la même façon qu’elle l’aurait fait autrefois ou si, au contraire, elle prendra une nouvelle voie pour donner un organisme différent voire nouveau.
"Nous sommes le plus près possible de là où nous pouvons remonter et rejouer le jeu moléculaire de la vie" a déclaré Betül Kaçar, un astrobiologiste travaillant dans les laboratoires de Georgia Tech où les travaux ont été menés.
Il s’agit pour l’équipe de chercheurs du parfait scénario car les organismes du jurassique jusqu’ici retrouvés étaient trop abîmés pour qu’on puisse espérer un jour étudier leur évolution. Ce problème est cette fois-ci résolu.
Les scientifiques ont d’ores et déjà pu séquencer le génome des huit lignées issues des 500 premières générations. Ils ont donc déjà pu déterminer de quelle façon la bactérie s’est adaptée.
Les chercheurs ont ainsi repéré que tous les anciens gènes EF-Tu ne mutaient pas. Ce sont les nouvelles protéines qui ont interagi avec ces gènes qui ont elles, muté. C’est ce qui a permis l’adaptation rapide de la bactérie. C’est aussi ce qui explique le fait qu’elle se porte si bien.
En résumé, les anciens gènes n’ont pas encore muté de façon à se rapprocher de leur forme moderne. Par contre, la bactérie a trouvé une nouvelle trajectoire d’évolution pour s’adapter. Celle-ci semble parfaitement lui convenir !
Les études doivent se poursuivre afin de voir si au fil du temps, les protéines retrouveront leur voie initiale ou si elles continueront sur leur chemin de traverse. Comme l’explique Betül Kaçar, il s’agit de savoir "si l’histoire d’un organisme est limitée à un seul futur et si l’évolution mène toujours vers le même point ou si l’évolution offre de multiples solutions face à un problème donné".

Libé
Mardi 24 Juillet 2012

Lu 196 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs