Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jeunes, femmes et diplômés frappés de plein fouet par le chômage


63,6% des sans-emploi sont âgés de 15 à 29 ans et 31,8% sont lauréats de l’enseignement supérieur



Le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans demeure toujours préoccupant si l’on en croit les chiffres rendus publics vendredi par le Haut-commissariat au plan (HCP).
Il en ressort que le taux de chômage des jeunes s’est accru entre le deuxième trimestre de l’année 2015 et la même période de 2016, passant de 20,5% à 21,5%. 
La tendance a été quasiment la même chez les femmes où le taux de chômage a aussi connu une hausse au cours de la même période. Il est passé de 9% à 9,9%, tandis que celui des lauréats des grandes écoles et instituts a progressé de 9,1%.
« Au deuxième trimestre 2016, le taux de chômage était de 3,7% parmi les personnes sans diplôme, de 12,9% parmi ceux ayant un diplôme de niveau moyen au niveau desquels il a enregistré 18,2% parmi les actifs ayant un certificat de qualification professionnelle, et de 20,4% parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur  avec en particulier un taux de 23,3% pour les lauréats des facultés », écrit le Haut-commissariat. 
Selon l’institution chargée de la production, de l'analyse et de la publication des statistiques officielles au Maroc, « le taux de chômage était de 21,5% parmi les jeunes âgés de 15 à 24 et de 38,8% parmi les citadins d’entre eux, contre 8,6% pour l’ensemble des personnes âgées de 15 ans et plus ».
D’après le HCP, la population active en chômage est passée, entre les deux périodes, de 1.041.000 à 1.023.000 personnes. Le taux de chômage serait ainsi en quasi-stagnation au niveau national, passant de 8,7% à 8,6%. En milieu urbain, le taux a baissé de 13,4% à 12,8% alors qu’il a progressé en milieu rural passant de 3,3% à 3,7%.
L’analyse des principales caractéristiques du chômage révèle que plus de huit chômeurs sur dix (80,3%) sont citadins (76,8%pour les hommes contre 88,6% pour les femmes); près des deux tiers (63,6%) sont âgés de 15 à 29 ans (62,9%pour les hommes contre 65,3% pour les femmes); près du tiers (31,8%) sont diplômés de niveau supérieur (23,8%pour les hommes contre 50,5% pour les femmes) et plus de la moitié (54,3%) sont des primo-demandeurs d’emploi (50,1%pour les hommes contre 64,1% pour les femmes). 
La note du HCP indique également que près de sept chômeurs sur dix (69,3%) chôment depuis une année ou plus (65,6%pour les hommes contre 77,9% pour les femmes) et qu’environ un sur trois (29,3%) se sont retrouvés au chômage suite au licenciement (23,4%) ou à l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur (5,9%).
Les données recueillies par le HCP soulignent également la persistance de la baisse des taux d’activité et d’emploi. 
Sur ce point, le HCP révèle que la population active âgée de 15 ans et plus a baissé, entre les deuxièmes trimestres de 2015 et 2016, de 0,4% au niveau national (-0,8% en milieu rural) et une stagnation en milieu urbain, tandis que celle en âge d’activité s’est accrue, quant à elle,  de 1,5%. 
Ainsi, note-t-il, le taux d’activité est passé, entre les deux périodes, de 48% à 47,2%, enregistrant une diminution de 0,8 point.
S’il est relevé que 103.000 postes d’emploi rémunérés ont été créés au cours de la période, 29.000 postes en milieu urbain et 74.000 en milieu rural, force est de constater que l’emploi non rémunéré (composé d’environ 98% d’aides familiales) a en revanche enregistré une baisse de 129.000 postes. Ce recul serait le résultat d’une perte de 138.000 en zones rurales et d’une création de 9.000 en zones urbaines.
L’économie marocaine a ainsi perdu 26.000 postes nets d’emploi. Ce qui fait que le volume global de l’emploi est passé, entre les deux périodes, de 10.929.000 à 10.903.000 personnes. Alors que « le taux d’emploi a reculé de 0,8 point au niveau national, passant de 43,9% à 43,1%, de 0,5 point en milieu urbain et de 1 point en milieu rural, passant respectivement de 36,6% à 36,1% et de 55,3% à 54,3% », souligne le HCP.
Si les signaux en matière de création d’emplois sont on ne peut plus intéressants dans des secteurs des services, des BTP et de l’industrie, les chiffres sont moins reluisants dans le secteur de l’« agriculture, forêt et pêche » où l’on déplore des pertes de 7.000 postes et de 58.000 postes au cours des années 2014 et 2015.
Ce secteur a perdu 175.000 emplois cette année en raison de la forte sécheresse qui a sévi au Maroc, a indiqué le HCP. Ce qui correspond à une baisse de 4% du volume d’emploi du secteur.
Indicateur de l'inadéquation entre l'offre et la demande de travail, le taux de sous-emploi fait également un bond en passant de 10,8% à 11,7% au niveau national. Il est passé de 9,7% à 10,5% en milieu urbain et de 12% à 12,5% en milieu rural.
« Au niveau national, le taux de sous-emploi des hommes (13,6%) représente plus que le double de celui des femmes (5,9%). En milieu urbain, ce  taux (10,7%) est presque égal à celui des femmes (9,7%), alors qu’en milieu rural, il est environ cinq fois plus important, soit respectivement 17,4% et 3,5% », précise le HCP soulignant que ce phénomène est plus répandu, aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural, au niveau des secteurs des BTP et de l’"agriculture, forêt et pêche" où il affecte respectivement 17,1% et 12% des actifs occupés au niveau national.





Alain Bouithy
Samedi 6 Août 2016

Lu 1903 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs