Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jean-Paul Laborde, directeur du Comité contre le terrorisme de l'ONU : "Rien n'est blanc/noir en termes de légalité "

La lutte contre le terrorisme, conduit à des "dilemmes extrêmement compliqués" entre respect du droit international et notion de légitime défense




La lutte contre le terrorisme, qui conduit des Etats à bombarder des territoires étrangers, voire à y tuer leurs propres ressortissants, conduit à des "dilemmes extrêmement compliqués", entre respect du droit international et notion de légitime défense, admet un haut responsable de l'ONU.
"On ne combat pas le terrorisme sans respecter les principes du droit international. Mais le terrorisme induit des situations de plus en plus complexes, et place les Etats face à des dilemmes extrêmement compliqués", résume dans un entretien à l'AFP Jean-Paul Laborde, directeur du Comité contre le terrorisme de l'Onu.
En Syrie, en Irak, les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), "une organisation terroriste et listée comme telle par l'Onu", insiste ce responsable, contrôlent de vastes territoires. "La question qui se pose est alors la suivante: comment appliquer le droit international sur des territoires qui relèvent d'une organisation terroriste?"
En Syrie et en Irak, une coalition internationale pilotée par les Etats-Unis bombarde depuis plus d'un an l'EI, qui a proclamé un califat à cheval sur les deux pays. Au risque de faire des victimes civiles. Fin août, la Grande-Bretagne a mené une frappe en Syrie pour éliminer deux de ses ressortissants, accusés de préparer un attentat sur le sol britannique. Et il y a quelques jours, la France a mené une frappe qui pourrait avoir tué jusqu'à six jihadistes français.
Paris s'appuie sur l'article 51 de la Charte de l'ONU, qui mentionne la "légitime défense", et indique que ses frappes en Syrie visent des camps de l'EI dans lequels des jihadistes fomentent des projets d'attentat en France.
"Il y a des éléments de légitime défense évidents. La France a été clairement désignée comme un ennemi par Daech (acronyme arabe de l'EI), et des attentats ont été commis sur le sol français par des personnes se réclamant de cette organisation. La difficulté, c'est qu'aujourd'hui on a peu d'informations sur les cibles visées en Syrie, et pas d'éléments judiciaires complets qui permettraient de dire qu'on est dans le cadre d'une infraction bien précise", reconnaît M. Laborde, qui est aussi un juge.
Ces frappes "peuvent être attaquées juridiquement, heureusement d'ailleurs, c'est bien pour ça que nous sommes dans un Etat de droit. Mais l'Etat de droit, c'est aussi une question d'équilibre. Vous avez en face de vous une organisation terroriste qui forme des gens qui vont venir vous frapper ensuite et vous ne bougez pas? Vous saviez, et vous n'avez rien fait? Ce sont des situations très compliquées, il n'y a pas de réponse blanc/noir".
Les deux plus grandes organisations "terroristes" à l'heure actuelle - EI au Moyen-Orient et Boko Haram en Afrique - "ont mis nos Etats en face d'une menace extrêmement fluide et flexible", souligne le responsable onusien. "Elles commettent des opérations en fonction de la réponse, et plus la réponse est faible, plus elles frappent fort. Ensuite, elles savent utiliser tous les moyens de financement - vente d'antiquités, enlèvements, vente du pétrole, trafic d'êtres humains... - à disposition, et la communauté internationale, qui n'est pas suffisamment coordonnée, a toujours deux, trois, quatre temps de retard", déplore M. Laborde.
Dans son dernier rapport de septembre, le Comité de l'Onu contre le terrorisme plaide pour un renforcement des échanges de renseignements entre compagnies aériennes et pouvoirs publics pour détecter l'arrivée ou le départ de jihadistes étrangers, et suggère notamment la création d'une antenne régionale d'Interpol pour les pays du Maghreb.
"Il y a tout de même quelques bonnes nouvelles" dans la lutte antiterroriste, estime M. Laborde, citant "la mobilisation croissante des entreprises et de la société civile".
"Youtube a supprimé en deux ans 14 millions de vidéos d'apologie ou d'incitation au terrorisme. Facebook reçoit un million de notifications de messages suspects par semaine", rappelle-t-il.
"Quant aux sociétés civiles, on a vu les mobilisations après les attentats de janvier 2015 en France, ou la semaine dernière en Turquie, où des milliers de personnes sont descendues dans la rue" le lendemain du carnage perpétré à Ankara contre des manifestants pro-Kurdes.
"Pensez encore à la Tunisie: malgré tous les coups qu'ils prennent (deux attentats sanglants en 2015), ils continuent à lutter dans le cadre de l'Etat de droit. Ne les laissons pas tomber", conclut-il.

Vendredi 16 Octobre 2015

Lu 1104 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs