Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jazz au Chellah : Une édition sous le signe “la diversité des rencontres”




La 17ème édition du festival Jazz au Chellah, qui se tient du 13 au 17 juin prochain met à l'honneur les rencontres et la fusion, devenues la marque de fabrique de cet événement culturel annuel.
Cette année, c'est la diversité des rencontres que les organisateurs ont mis au menu de ce festival ayant donné naissance à une nouvelle forme de jazz qui, en mélangeant les genres et en devenant un lieu de métissage des artistes, tend à mieux balayer les préjugés, indique la délégation de l'Union européenne, organisatrice de ce happening.
"Chaque soir réserve son lot de surprises et quelque chose de fort se produit: c'est le moment de la rencontre" explique Majid Bekkas directeur artistique Maroc du festival.
En ouverture, une rencontre-gréco marocaine en hommage à la Méditerranée avec le groupe grec Kostas Theodorou, dont le jazz est empreint d'accents méditerranéens et balkaniques, qui se joindra au quartet de Simo Baazaoui, qui a évolué dans le monde du flamenco et de la musique hispanique.
Tout au long de ce festival, présenté comme une tribune de dialogue entre nord et sud, des mélanges de styles et de sonorités seront ainsi exécutées comme celle rassemblant le quartet de Pascal Schumacher à Ribab Fusion et la rencontre entre le groupe belge Slang et Yacir Rami, musicien de oud influencé par les musiques traditionnelles turques, irakiennes, arabo andalouses, hassani, malhoun, qui se produira pour la première fois au Maroc, accompagné d'Antoine Morineau musicien persanophone qui joue dans de nombreuses formations musicales.
La rencontre au sommet aura lieu le Samedi 16 juin, entre le quartet espagnol de Giulia Valle, contrebassiste réputée de la scène jazz catalane et le "maître" du Oud marocain Saïd Chraïbi, un habitué du festival, pour une prestations "remplie d'émotion et de sensibilité".
En clôture, ce sera le tour de deux duos : Andy Sheppard au saxophone et Jean Marie Machado au piano, rencontreront le Maalem Hamid Kasri accompagné de Karim Ziad, habitué du Jazz au Chellah, mais aussi directeur artistique du festival gnaoua d'Essaouira.
Les artistes seront aussi rejoints par les Gnaouas de Rabat pour une soirée en apothéose de ce festival qui, selon la délégation de l'UE à Rabat, "contribue à la concrétisation d'une dimension culturelle nouvelle en ouvrant le cadre d'une saine coopération entre artistes".
Organisé depuis 1996 par la délégation de l'Union européenne au Maroc en partenariat avec le ministère de la Culture et la wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër en collaboration avec les Ambassades et Instituts culturels des Etats membres de l'UE et la délégation Wallonie-Bruxelles, le festival Jazz au Chellah a réussi à devenir "un symbole majeur du partenariat entre l'Europe et le Maroc".

MAP
Jeudi 31 Mai 2012

Lu 532 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs