Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Investir davantage dans le développement de la petite enfance

Pour le développement équitable et la croissance économique




Renforcer et accélérer les mesures et les investissements se rapportant aux programmes de nutrition et de développement de la petite enfance (DPE) est essentiel pour le développement équitable et la croissance économique. C’est ce que soutiennent le directeur général du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Anthony Lake, et le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim.
Dans l’intérêt des enfants, les deux hauts responsables ont estimé que les dirigeants internationaux et nationaux doivent faire du développement de la petite enfance une priorité en matière de politique internationale et de dépenses publiques.
C’est dans ce but que l'Unicef et le Groupe Banque mondiale ont annoncé récemment la mise en place d’une nouvelle alliance. Dans un communiqué conjoint, les deux institutions internationales ont jugé que cette alliance contribuerait à donner à tous les jeunes enfants un accès à des services de qualité pour améliorer leur santé, leur nutrition et leur bien-être affectif.
Soulignant l’urgence d’une telle alliance, les deux agences onusiennes ont rappelé qu’un enfant sur quatre âgé de moins de cinq ans dans le monde (soit 159 millions d'enfants est atteint d’un retard de croissance à cause d'une mauvaise nutrition.
Selon ces deux organisations, «ces chiffres sont substantiellement plus élevés dans certaines parties de l'Afrique et de l'Asie du Sud. Près de la moitié des enfants âgés de trois à six ans n'ont par ailleurs pas accès à une éducation pré-primaire (80% en Afrique subsaharienne)».
Le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, estime qu’«il est désormais temps de traiter le retard de croissance chez les enfants comme une situation d'urgence en matière de développement et d'économie». Ce dernier rappelle que «notre incapacité à faire les bons investissements dans le développement de la petite enfance condamne des millions d'enfants à vivre dans l'exclusion. Nous ne pouvons pas promettre d'égaliser les résultats en matière de développement mais nous pouvons insister sur l'égalité des chances», a-t-il assuré.
Pour bien comprendre la situation, les deux institutions font observer que «des  données scientifiques nouvelles montrent qu'un contact prolongé avec des situations difficiles – comme celles auxquelles sont confrontés les enfants qui grandissent dans des pays touchés par un conflit ou des foyers affectés par la violence domestique – peut créer un stress toxique capable d'inhiber le développement maximal du cerveau durant la petite enfance», peut-on lire.
Ce n’est pas tout. Selon l’Unicef et la BM, les progrès réalisés dans les neurosciences et les dernières études économiques montrent que les expériences vécues au cours de la petite enfance ont de manière générale un impact profond sur le développement du cerveau et par conséquent sur l'acquisition, la santé et le revenu à l'âge adulte.
Les experts des deux organisations rappellent, par ailleurs, que «les enfants mal alimentés et mal accompagnés ainsi que ceux qui ne bénéficient pas d'une stimulation précoce ont une probabilité plus grande de moins bien apprendre à l'école et d'avoir un revenu plus faible à l'âge adulte».
Pour Anthony Lake, il n’y a pas de doute que «ce que nous sommes en train d'apprendre sur l'ensemble des éléments qui affectent le développement du cerveau des enfants – si leur corps est bien alimenté, si leur esprit est stimulé, s'ils sont protégés contre la violence – est déjà en train de changer la façon dont nous pensons le développement de la petite enfance».
Le directeur général de l’Unicef estime alors important de «changer la façon dont nous agissons».

Alain Bouithy
Mardi 19 Avril 2016

Lu 798 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs