Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Inspection éclair à l’Académie de Meknès et enquête après coup

L’ex-directeur a eu le quitus du Conseil d’administration




Inspection éclair à l’Académie de Meknès et enquête après coup
Une inspection éclair à l’Académie de Meknès-Tafilalet et qui débouche sur plusieurs questions sans réponses. Annoncée par le biais d’un communiqué officiel du ministère de l’Education nationale, ladite inspection a pour objectif d’opérer un contrôle financier et administratif. Ce qui laisse supposer que plusieurs opérations de contrôle seront effectuées et que la commission serait composée de spécialistes censés se pencher sur les dossiers des différents services de l’Académie de Meknès-Tafilalet durant la période où elle était gérée par l’ancien directeur M. Aderdour qui  préside actuellement aux destinées de l’Académie de la capitale. Selon des sources sur place, nous sommes devant plusieurs irrégularités tant sur le plan administratif que financier. Du côté du ministère de tutelle, on nous a assuré que l’inspecteur général est sur place avec ses équipes et ne reviendra qu’après avoir accompli sa mission. Des rumeurs persistantes circulent au sein de l’Académie à propos de la fameuse cession à un prix dérisoire d’une villa au bénéfice de l’ancien directeur et des irrégularités qui auraient été commises par le service des marchés dont le patron a été récemment limogé et l’octroi de logements de fonction et de primes exorbitantes sur la base des principes de clientélisme et de copinage. Sont également cités le mauvais usage fait des voitures de service et la répartition inéquitable des indemnités de l’examen du baccalauréat.
Est-ce pour ces raisons que le ministère de l’Education nationale a diligenté son actuelle enquête ? Celle-ci déterminera-t-elle toutes les responsabilités en la matière ? S’attaquera-t-elle à tous ceux qui ont peu ou prou contribué à ces irrégularités présumées ou couvert celles-ci ? Autant de questions auxquelles l’on ne pourra avoir de réponses sans connaître les résultats de l’enquête. Il n’en demeure pas moins que l’objet de la mission d’inspection semble ne pas être à même de permettre à celle-ci d’aller au fond des choses. En effet, tous les faits incriminés ont été soumis, étudiés et approuvés par le Conseil d’administration de l’Académie qui, comme chacun le sait, est présidé par le ministre de l’Education nationale. Ce dernier, rappelle-t-on, est le seul habilité à approuver les décisions du Conseil et en particulier le budget de l’Académie et à leur donner un caractère exécutoire.
Mais l’on doit se demander pourquoi ledit directeur dont l’exercice fait l’objet d’une inspection diligentée sur l’ordre de Mohamed El Ouafa a été promu récemment directeur de l’Académie de la capitale du Royaume.

Kamal Mountassir
Vendredi 10 Mai 2013

Lu 881 fois


1.Posté par rachidi le 11/05/2013 02:09 (depuis mobile)
Vraiment mr aderdour a abuse de son pouvoir en spoliant le logement de fonction des proviseurs du lycée moulay ismail depuis le protectorat. Que justice soit faite: rendre a césar ce qui lui appartient

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs