Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Des verres anti balles




Insolite : Des verres anti balles
Des chercheurs en laboratoire de l’université Rice, située à Houston (Texas), auraient trouvé un matériau capable non seulement d’arrêter les balles de pistolet de calibre 9 millimètres, mais également de les absorber. Selon ABC News, cette avancée technologique pourrait apporter une grande protection balistique aux soldats déployés à l’étranger, mais aussi aux autres membres des forces de l’ordre.
Lors des essais, les chercheurs ont pu tirer trois minuscules balles de calibre 9 millimètres contre le verre en question. Celui-ci a effectivement stoppé les balles. Selon le scientifique Ned Thomas, le verre “serait un matériau semblable à un pare-brise blindé”. Hwang Jae-Lee, lui aussi chercheur à l’université Rice, ainsi qu’une équipe de la MIT (institut spécialisé dans la recherche nanotechnologies pour les soldats), ont aussi participé à la découverte du matériau. Selon eux, “il fallait rendre le verre plus imperméable à la déformation ou à une fissure.  Et aujourd’hui, le résultat que donne l’armure est meilleur, il est plus résistant, plus léger pour les soldats et la police, mais encore pour la protection des matériaux sensibles qui sont soumis à de petits objets en mouvement rapide, tels que les avions et les satellites.”
Pour arriver à ce résultat, les chercheurs étaient à la recherche d’un matériau semblable, mais aussi complexe que le polyuréthane, qui est à leurs yeux le seul matériau en mesure d’arrêter une balle de 9 mm, et de l’absorber en scellant son entrée. Ces chercheurs ont réussi à combiner d’excellents matériaux comme le Polystyrène, le polydiméthylsiloxane, et les copolymères diblocs avec deux méthodes différentes. L’équipe a ainsi réussi à franchir la section de la structure afin de déterminer la profondeur des balles, et en fonction de leur étude, les couches ont montré la capacité du verre à se déformer sans se rompre.
Lorsqu’un projectile pénètre le verre, le point d’entrée fond en liquide afin de permettre à la balle d’avancer légèrement. Après une entrée suffisante de la balle dans le verre, le liquide qui avait fondu durcit et scelle ainsi le projectile une fois pour toutes. Après analyse, “il n’y a pas de dommages macroscopiques, le matériau n’est pas fissuré, il n’a pas craqué”, commente Ned Thomas à un journaliste américain.”Les couches racontent l’histoire de l’évolution de la pénétration du projectile et nous permet de comprendre les mécanismes à l’échelle nanométrique”, conclut-il.

Libé
Vendredi 23 Novembre 2012

Lu 289 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs