Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Imposante manifestation à Rabat des étudiants en médecine




Malgré les tentatives du chef du gouvernement de faire baisser la tension avec les étudiants en médecine et en médecine dentaire ainsi qu’avec les médecins internes et résidents, et malgré les menaces qu’il a proférées contre les blouses blanches, ces derniers ont fait fi de tout cela et  manifesté mercredi à Rabat contre le projet de loi du ministre de la Santé instituant un service médical obligatoire de deux ans uniquement pour les lauréats des Facultés de médecine publiques.
Selon les organisateurs, plus de 5000 manifestants ont défilé dès le siège du ministère de la Santé jusqu’au Parlement en scandant des slogans contre ce projet inique et aussi contre l’intervention musclée des forces de l’ordre au cours de la semaine écoulée. Les manifestants ont également appelé le gouvernement à améliorer leurs conditions de travail.
Ils ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire, entre autres, « Les étudiants en médecine du Maroc rejettent le projet de loi », ou encore « Non au principe de l’obligation dans le service médical ».
Le gouvernement s’était pourtant engagé à ne pas déposer le projet de loi sur le service civil national au Secrétariat général du gouvernement sans consensus avec les représentants des médecins étudiants et les médecins internes et résidents, mais leur coordinateur a affirmé qu’ils ne mettront fin à leur mouvement protestataire qu’à la conclusion d’un accord final et la signature d’un procès-verbal officiel avec le département concerné. 
Khadija Briki, représentante des étudiants en médecine dentaire au Maroc, a souligné que ces derniers ont pris part à cette manifestation pour soutenir les étudiants en médecine et les médecins internes et résidents, tout en se demandant si le projet de loi de Louardi les concernait également ou pas.
« Ce mouvement de protestation regroupe l’ensemble des étudiants en médecine, représentant sept facultés et intervient pour réclamer l’augmentation des indemnités de fonction, l’amélioration des conditions de formation, l’augmentation de postes d’internat et résidanat ainsi que la hausse des salaires des médecins internes et résidents », a déclaré à la MAP, le président du bureau des étudiants en médecine de Marrakech, Charaf Ziane.
 « Ce service obligatoire vise à exploiter pendant deux ans les diplômés en médecine puis à les balancer dans l’inconnu sans avoir pu être employés ou passer les concours », a affirmé à l’AFP Alaa Issaoui, membre de la Coordination nationale des étudiants en médecine au Maroc. Et de s’interroger: « Si l’Etat a à sa disposition 2000 médecins par an, qu’est-ce qui le pousserait à employer des médecins ? ».
A noter que le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, avait proféré jeudi dernier des menaces contre les étudiants grévistes en affirmant que «la poursuite des études est un droit garanti par la loi, et l’Exécutif entreprendra les mesures possibles pour protéger le droit de ceux qui le souhaitent, à accéder aux salles de cours et aux différents services », et que «ceux qui veulent poursuivre leurs cours doivent avoir la possibilité de le faire, de même que ceux qui souhaitent poursuivre la grève et mettre leur avenir de médecins en péril sont libres ». Mais voyant que la répression qu’il a diligentée contre eux n’avait pas donné de résultats vu la fermeté des étudiants en médecine et leur détermination à poursuivre leur lutte jusqu’à la réalisation de leurs revendications, Abdelilah Benkirane a tenté de faire baisser la tension en se réunissant avec quelques étudiants-médecins non pas au siège de la Primature mais dans sa résidence. Mais ces derniers semblent avoir refusé le marché de dupes qu’il leur proposait comme en témoigne leur forte participation à la manifestation de mercredi.
 

Ahmed Ajlan
Vendredi 30 Octobre 2015

Lu 1541 fois


1.Posté par Plékhanov le 30/10/2015 11:08
Le gouvernement actuel se croit en mesure de tenir tête aux milliers de blouses blanches ,étudiants,médecins et parents comme il a la mauvaise habitude de le faire avec les ONG qui manifestent ,souvent ,en petit nombre dans un pays où l'action associative en est encore à ses premiers balbutiements.L'année universitaire est déjà partie en fumée pour ces étudiants et ils en porteront la responsabilité,lui et son ministre de la santé.La lutte repart donc de plus belle .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs