Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Il a retrouvé le public au Théâtre Mohammed V : Vigon, Retour aux sources




Il a retrouvé le public au Théâtre Mohammed V : Vigon, Retour aux sources
Qui aurait imaginé qu’Abdelghafour Mohsine, alias Vigon, allait retrouver le public r’bati après un demi-siècle d’absence?
En effet, c’est à Rabat où il est né il  y a 72 ans,  qu’il s’est révélé avant de mener une carrière de chanteur et de musicien en France et partout dans le monde.
 Cette fois, Vigon est revenu aux sources : le rock’n’roll et rythm’n’blues, qui  se sont taillé une belle place sur la scène  du Théâtre Mohammed V où il ne s’est plus produit depuis des décennies.
«Comme si c’était encore hier», constatait Vigon, très ému, pour évoquer ces retrouvailles avec le public de la capitale et tous les visiteurs de Rabat en fin de printemps marquée par les spectacles tous azimuts dans le cadre du Festival «Mawazine rythmes du monde».
 Le bon vieux temps  est donc de retour pour l’homme qui sillonnait les rues de la médina et du quartier de l’Océan  aux débuts des années 60, et qui a  retrouvé une nouvelle  jeunesse. Celle   qu’on lui connaissait avec les premiers orchestres de la capitale, à savoir les «Toubkals»,  les «Rolls» et les «Goldens Hands». Une époque dont Vigon se souvient avec nostalgie, lui qui a fait, depuis, le tour du monde.
En 1978 et juste après avoir effectué son pèlerinage, il revient s’installer au Sud du Maroc et plus précisément à Agadir.
Les organisateurs du Festival «Mawazine»  ont ainsi fait preuve de perspicacité en inscrivant le nom de Vigon dans leur répertoire en vue de l’édition 2012. Et ce n’est pas sans amertume qu’il avoue n’avoir jamais été sollicité par les organisateurs de festivals au Maroc et en particulier la  ville de Rabat.
Il a  désormais toutes les raisons d’afficher  sa satisfaction. Lui qui a eu la chance et le plaisir de côtoyer les grands de la musique :  les Moody Blues,  les Hiardbirds, Ronny Bind, Antoine, les Rollings Stones, Johnny Hallyday,  etc.
Sans doute que la disparition de sa fille à un âge précoce (25 ans) l’a beaucoup traumatisé, n’empêche que le temps d’une soirée, Vigon s’est réconcilié, de la plus belle manière, avec le public de Rabat et sans doute aussi avec lui-même!

Abdessalam Khatib
Samedi 26 Mai 2012

Lu 745 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs