Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Huit morts dans des affrontements en Ukraine

Kiev propose une table ronde sur la crise




Huit morts dans des  affrontements en Ukraine
Des affrontements entre les forces de sécurité ukrainiennes et des séparatistes pro-Russes ont fait huit morts vendredi à Marioupol, sur la mer d’Azov, dans l’est du pays, rapporte l’agence de presse Interfax-Ukraine.
Les violences se sont produites au siège de la police et dans un bâtiment du ministère de l’Intérieur de la ville portuaire, précise l’agence.
 Les affrontements ont éclaté lorsque la police a tenté de reprendre le contrôle d’un commissariat. Ils ont été pris pour cibles par des tirs en provenance des rangs des séparatistes. Marioupol, une ville d’environ 500.000 habitants, se trouve à une centaine de kilomètres au sud de Donetsk, où la police régionale n’a pas souhaité faire de commentaire.
Tetiana Ignatchenko, une journaliste qui travaille à Marioupol, a fait état pour sa part de violents affrontements. Elle a avancé un bilan moindre qu’Interfax-Ukraine, d’un mort et six blessés dans les rangs rebelles.
Le président ukrainien par intérim, Olexander Tourtchinov, et le Premier ministre, Arseni Iatseniouk, ont proposé jeudi que soit organisée une «table ronde» pour tenter de résoudre le conflit que traverse le pays.
Dans un communiqué commun, les deux dirigeants ont réaffirmé leur position, à savoir qu’ils proposeraient une amnistie à ceux qui n’ont «pas de sang sur les mains» dans les combats de l’est du pays, où les séparatistes pro-russes font face aux forces de sécurité ukrainiennes.
«Aujourd’hui, nous annonçons une initiative en vue de créer une table ronde d’unité nationale, pour l’ensemble des Ukrainiens. Nous sommes prêts à parler avec tous ceux qui ont des objectifs politiques légitimes(...)», lit-on dans le communiqué.
«Afin de faciliter le déroulement le plus efficace possible de ce processus, nous estimons qu’il est opportun de profiter de l’expérience de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe», lit-on par ailleurs.
Arseni Iatseniouk a dit d’autre part jeudi que les propos conciliants tenus par le président russe Vladimir Poutine étaient suspects et laissaient penser que Moscou planifiait peut-être une sorte d’»escarmouche» destinée à discréditer Kiev vendredi, jour où la Russie fêtera la victoire sur l’Allemagne nazie.
Le chef du gouvernement ukrainien exprimait là sa méfiance au sujet de l’appel lancé mercredi par le maître du Kremlin aux séparatistes pro-russes à reporter le référendum qu’ils prévoient de tenir dimanche sur une sécession, et au sujet également de sa promesse de tout faire pour rétablir la stabilité.
«Ces déclarations de Vladimir Poutine m’inspirent de la méfiance», a-t-il dit à la 5e chaîne ukrainienne.
«Cela me donne une sorte de pressentiment. Ils disent une chose et en font une autre», a continué Arseni Iatseniouk. 

REUTERS
Samedi 10 Mai 2014

Lu 901 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs