Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hollande veut réorienter l'Europe après le vote sanction

Le FN exclut de s'allier aux partis d’extrême droite




Hollande veut  réorienter l'Europe après le vote sanction
François Hollande a déclaré lundi soir "regarder en face" le vote de "défiance" des élections européennes de dimanche, promettant de réorienter vers l'emploi et la croissance une Europe "qui inquiète plus qu'elle ne protège".
Dans une déclaration télévisée de cinq minutes diffusée à 20h00 (18h00 GMT), le chef de l'Etat a qualifié le résultat du scrutin français de "vote de défiance à l'égard des partis de gouvernement, de la majorité, comme de l'opposition".
 Selon les résultats définitifs, le Front national a obtenu 24,85% des suffrages contre 20,80% à l'UMP et 13,98% au PS, un score historiquement bas.
Ce verdict des urnes "traduit une peur du déclin de la France, de la mondialisation et ce sentiment exprimé tant de fois, d'abandon face à la dureté de la vie", a dit le président.
François Hollande devait se rendre mardi à Bruxelles pour analyser les résultats avec les 27 autres dirigeants de l'Union.
"Je suis Européen, mon devoir c'est de réformer la France et de réorienter l'Europe", a-t-il souligné.
 "Aussi, demain, pas plus tard que demain, au Conseil européen, je réaffirmerai que la priorité, c'est la croissance, c'est l'emploi, c'est l'investissement", a-t-il ajouté, décrivant une Europe devenue "illisible", "lointaine et pour tout dire incompréhensible, même pour les Etats".
 Aux yeux du président, "cela ne peut plus durer. L'Europe, elle doit être simple, claire, pour être efficace là où elle est attendue, et se retirer là où elle n'est pas nécessaire".
Marine Le Pen a exclu mardi de s'allier avec les partis d'extrême droite grec Aube Dorée et hongrois du Jobbik pour former un groupe politique au Parlement européen.
 "Je vais demain à Bruxelles précisément pour aller rencontrer un certain nombre de responsables politiques", a-t-elle déclaré sur BFM TV et RMC.
 Priée de dire quels étaient les partis avec lesquels elle excluait une alliance, la présidente du Front national a cité le Jobbik hongrois, les Bulgares d'Ataka et Aube dorée.
 Elle a également écarté l'idée de rencontrer Udo Voigt qui est devenu à l'issue du scrutin de dimanche le premier élu néo-nazi allemand à faire son entrée au Parlement européen.
 "Il y a toute une série de mouvements qui à mon avis sont intéressés à participer à une grande force politique dont le but est encore une fois d'empêcher toute nouvelle avancée de l'Europe fédérale", a-t-elle ajouté.
 Marine Le Pen peut compter sur son allié historique, le Vlaams Belang belge et le FP autrichien. Elle a aussi pris contact avec le Parti pour la liberté du populiste néerlandais Geert Wilders et les Démocrates suédois.
 Marine Le Pen, qui a réussi à "dédiaboliser" son parti après avoir pris la succession de son père Jean-Marie, a obtenu 24,85% des voix aux élections européennes de dimanche et enverra 24 députés à Strasbourg, sur 74 Français.
 La formation d'un groupe politique au Parlement européen requiert l'union de 25 députés venant de sept pays différents. 

REUTERS
Mercredi 28 Mai 2014

Lu 125 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs