Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hakim Boulouiz, un photographe passionné au talent immense


L’artiste vient de remporter le premier Prix du «Fine ART Photography Awards», un concours mondial de photographie qui a connu la participation de plus de 3000 photographes représentant 77 pays à travers le monde



Des milliers de photographes inspirés du monde entier concouraient, la semaine dernière, pour le prestigieux Prix de photographie «Fine ART Photography Awards» (FAPA) et c’est le célèbre artiste marocain Hakim Boulouiz qui s’est vu décerner le premier Prix de la catégorie «photographie de rue» pour sa série intitulée «Wax Dolls», traduisez: «Poupées de cire».  L’édition 2015 de ce Prix mondial, établie à Londres, a connu la participation de plus de 3000 photographes représentant 77 pays à travers le monde. Les vainqueurs dans les différentes catégories ont été sélectionnés par un jury international composé de photographes professionnels, propriétaires de studios et  designers de renom, dont Qingjun Huang, Carolyn Guilde, Pini Hamou, Rupert Vandervell et Peter Kool.
Selon les organisateurs,  ce concours vise à encourager les photographes novateurs à abandonner toute inhibition et à laisser leur créativité guider librement leur objectif, puisqu’il n’y a aucune limite aux merveilles que l’imagination et la passion d’un photographe créatif sont capables de capturer dans le monde. «Nous sommes persuadés que les artistes et les innovateurs doivent avoir la liberté de s’exprimer à leur manière personnelle et individualisée», indique-t-on dans un communiqué.
Il est à noter que Hakim Boulouiz est un expert dans l’esthétique urbaine avec une formation pluridisciplinaire. Après un diplôme en architecture, un diplôme de réalisateur de cinéma, un DEA en urbanisme et aménagement du territoire, il a obtenu un doctorat à l’Université de Genève grâce à l’analyse de la relation ambivalente entre l’urbain et l’art cinématographique. Hakim est fasciné par l’ordre et le désordre des villes … par la couleur, par le plein et le vide, par l’espace et son habillage d’ombre et de lumière. Chaque «portrait» d’un fragment urbain possède son propre langage qui est en perpétuelle métamorphose et c’est cela toute la magie de la rue et toute la raison d’être de l’instantanéité photographique. De par la nature de ses préoccupations, il consacre une attention particulière à la mise en place du récit dans la photographie artistique comme pour un scénario filmique et l’amélioration du cadre dédié à l’action et de la représentation du corps. Aujourd’hui, installé à Genève, il est actif dans la photographie de rue et sillonne un peu le monde à la recherche de  moments uniques et exceptionnels à capturer.
La photographie de rue ou «street photography» est, en effet, un genre de reportage photo où le photograhe doit saisir le sujet dans une dynamique spontanée dans des lieux publics. Le mot « Street » ne désigne pas uniquement la rue mais un ensemble de lieux publics regroupant une activité humaine. La photo de rue est apparue à la fin du XIXème siècle et a prospéré jusqu’à la fin des années 70. Au cours de son évolution, la photo de rue a pu fournir des documents très diversifiés et détaillés de la culture de la rue.
D’autre part, Paris est largement reconnue comme étant le berceau de la photographie de rue. Elle a aidé à définir la photo de rue en tant que genre. Le photographe Eugène Atget est considéré comme le père du genre non pas parce qu’il était le premier mais surtout parce qu’il était populaire comme photographe parisien. Eugène a contribué à promouvoir les rues de Paris comme étant un sujet digne de la photographie. Il y a travaillé de 1890 à 1920. Ses photos étaient davantage axées sur l’architecture. 


Mehdi Ouassat
Samedi 8 Août 2015

Lu 2394 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs