Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

HRW demande l'intervention de Ban Ki-moon en faveur des femmes séquestrées à Tindouf


150 Sahraouies endurent le calvaire



Si la plupart des Sahraouis interrogés n’attendent rien de la visite du Secrétaire général de l’ONU que certains qualifient de routine devenue coutume comme pour leurs prédécesseurs, les familles  adoptives ou biologiques des centaines de femmes séquestrées par le Polisario ou sur instructions de ses instances, ont demandé à travers l’ONG Human Right Watch à Ban Ki-moon leur libération  et surtout le droit à la libre circulation.   Parmi ces femmes, les noms de Maâlouma, Darya, Najiba et Koria sont cités le plus souvent.
Ignorant le sort de 150 femmes séquestrées depuis bien longtemps, Human Rights Watch saisit l’occasion de la visite de Ban Ki-moon dans les camps de Tindouf,  pour l’interpeller  sur le sort de trois femmes dont la séquestration est la plus médiatisée. L’ONG sollicite l’intervention du Secrétaire général pour que le Front mette fin au calvaire qu’endurent depuis des mois les trois jeunes femmes. Sarah Leath Whitson, directrice pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à HRW, demande que les cas de séquestration soient traités en tant que «délits», en précisant que «le Polisario doit assurer à ces femmes le droit à la libre circulation».
L’ONG rappelle qu’elle a adressé, le 10 février, une lettre au prétendu  ministre de la Justice  lui demandant de l’informer sur les mesures prises par le mouvement séparatiste pour s’assurer de la situation des trois femmes. L’insistance de la société civile espagnole solidaire des familles adoptives  de l’une des trois femmes naturalisée espagnole a fait que l’ONG s'intéresse particulièrement aux cas de Maâloma Morales de Matos, 22 ans. Les noms des deux autres, Darya Embarek Selma, 26 ans, et Najiba Mohamed Kacem, 24 ans qui sont détenues respectivement depuis 2 et 3 ans, ont été ajoutés, simplement parce que leur kidnapping qui risque de se prolonger, est récent par rapport aux centaines d’autres.
Deux semaines plus tard,  le prétendu ministre de la Justice laisse le soin au président de la non moins prétendue commission des droits de l’Homme de promettre à l’ONG  l’annonce prochaine  de nouvelles concernant uniquement le cas de Maâloma, une Sahraouie naturalisée espagnole. Son cas reste cependant compliqué puisque sa libération n’est possible qu’avec le consentement de ses parents biologiques résidant dans les camps de Tindouf et qui, sur injonction du Polisario, déclarent empêcher leur fille de repartir pour l’Espagne. Mais d’un autre côté, les parents adoptifs de la jeune femme et son époux ne baissent pas les bras et continuent, avec le soutien de quelques ONG, de faire pression sur le gouvernement espagnol pour l’extraire des camps de Tindouf. Le cas, peu médiatisé de Koria  qui bat le record de séquestration, depuis cinq ans, semble voué à l’oubli.  Koria est  une Sahraouie résidant, autrefois, avec sa famille d’adoption à Alicante. Son nom ne figure d’ailleurs pas sur le communiqué de Human Rights Watch.
Notons que des organisations humanitaires espagnoles avancent le chiffre de 150 femmes sahraouies (300 selon les dissidents du Polisario) interdites de quitter les camps pour l’Espagne.


 

Ahmadou El-Katab
Lundi 7 Mars 2016

Lu 1158 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs