Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Groupement scolaire Idriss II à Tassrirt au Sud de Tafraout : Une rentrée scolaire sous de mauvais auspices




Groupement scolaire Idriss II à Tassrirt au Sud de Tafraout : Une rentrée scolaire sous de mauvais auspices
On est au souk hebdomadaire de la commune rurale de Tassrirt,  à  une vingtaine de kilomètres au Sud du centre urbain de  Tafraout.  Il est 7h55 du matin. Une ribambelle d’enfants  se pressent devant le portail de l’école attendant la rentrée. L’établissement Idriss II du souk de Tassrirt est l’école centrale du groupement  scolaire éponyme. Il  comporte quatre unités scolaires satellites  situées aux villages de la commune, à savoir Taguerramt, Tizrkine, Izourzen et Ighir Wouriz.
Si ailleurs les élèves ont commencé leur année scolaire dans une ambiance bon enfant, dans les écoles de ce groupement, la rentrée des classes ne s’annonce pas  sous de bons auspices. Les difficultés s’accumulent et les solutions tardent toujours à venir.   Le slogan de «L’école de réussite», claironné sur tous les toits par les responsables, depuis le lancement du programme d’urgence, n’a pas droit de cité ici au regard des problèmes de cette école.  Dès les premiers pas dans l’enceinte de l’école centrale, on est assailli  par les hideuses façades totalement décaties  et  défoncées par endroits. N’était ce pavillon national qui bat au-dessus du portail, on se serait aisément cru devant une bâtisse abandonnée ! On peut aussi facilement saisir d’emblée l’état dans lequel se trouve le reste des bâtiments. Le centre ne pouvant  être mieux loti que les "dépendances" alentours.   Un constat que soutiennent tous les instituteurs du  groupement Idriss II.  «La totalité  des  constructions du groupement remontent aux années 70 /80. En plus, elles sont toutes en préfabriqué;  un concept de construction censé  répondre à un certain temps à des urgences dans un espace temps limité ;    mais, aujourd'hui  on ne comprend pas pourquoi  le ministère maintient l'usage de  ces constructions», tonne, crispation visible sur son visage,  l’instituteur chargé ce matin de faire rentrer les élèves, à qui  il  ordonnera en claquant des mains,  de se mettre en rangs devant la porte d’entrée.    Pour vérifier, nous sommes entrés voir. Au  premier coup d’œil à l’intérieur de ces soi-disant  salles de cours,  quel   état pitoyable de  délabrement! Les  charpentes en bois soutenant  la toiture sont abîmées! Un danger imminent pour les usagers à la moindre bourrasque! Autant dire une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes.  Les plaques en plastique dur ondulé faisant office de couverture du toit se sont décomposées sous l’effet de la chaleur et du froid ! Otant, du coup, l’étanchéité du matériel. Les pluies des saisons hivernales passées se sont infiltrées  à travers les nombreuses lézardes dues à l’érosion sur la surface de ces vulnérables  «toits».   Ce qui n’a pas manqué  d’entraîner, sous le coup des eaux pluviales, le gondolement  de toutes  les plaques en contreplaqué placées en faux plafond.  Avant de  provoquer  leur craquèlement. « La goûte qui n’épargne  plus  le moindre petit carré de ces salles! », tonnent  les instituteurs.    Aussi, « dès  les premières trombes de pluie, il devient  impossible de faire la classe;  on est acculé à ne pas donner de cours dans toutes les écoles du groupement », nous font-ils savoir.
A l’école de  Taguerramt, la situation est pire. Plusieurs unités de larges parpaings d’un mur de la classe sont arrachées par les outrages du temps.  La grande ouverture occasionnée est colmatée par des plaques de bois de fortune.    C’est à se demander comment est tolérée l’utilisation  d’une telle salle  menacée d’effondrement,  alors qu’elle est censée être condamnée une fois pour toutes. Quant aux  fenêtres, elles ne sont plus que des  trous béants donnant libre court  aux courants d’air à l’intérieur des classes. Exposant ainsi les usagers à leurs méfaits.    Comme  le recours aux replâtrages est devenu une règle,   pour tenter d’empêcher que le vent ne s’engouffre dans les classes,      ces «trous», nous apprennent les élèves,  sont bouchés  au moyen de   papier et de  carton! Quant à l’électricité et l’eau courante, c’est trop demander!  La plupart des écoles satellites en sont tout simplement dépourvues. Autant que les sanitaires : un autre  luxe.
Cet état donne parfois lieu à des scènes cocasses. Les  filles,   refusant de faire leurs petits besoins en plein air dans des cachettes habituellement fréquentées par tous les camarades,   préfèrent aller chez elles. Et dans la foulée, elles n’hésitent pas à en prendre leurs aises avec le temps pour manger un morceau ou accomplir une petite corvée dominicale avant de regagner tranquillement leurs  cours. Bon nombre de parents d’élèves ont interdit l’école à leurs filles, faute de toilettes. La liste des frustrations est longue. La région de Tassrirt est connue pour ces insupportables  hivers rigoureux. Pourtant,    les écoles manquent de moyen de chauffage. Les salles de cours se transforment, par ces temps-là, en véritables  chambres froides invivables   où les élèves grelottent. «Nos doigts deviennent transis de froid et on arrive même plus à tenir le stylo pour écrire correctement », se plaignent les élèves. Les perturbations des cours sont fréquentes tout au long de cette période.  Où même des arrêts à répétition sont enregistrés.      Dès lors que les équipements   de première nécessité   pour le fonctionnement d’une école font défaut, il ne  faut pas  s’étonner de l’absence d’équipements pédagogiques!   «Nous sommes à court de tout : cartes géographiques,  matériels du labo pour expliquer  les cours scientifiques,     matériel   sportif, etc », égrène  un instituteur en colère.    Avant d’enchaîner :«C’est insensé de vouloir donner des cours dans cette situation de défaillances. Et, de là à ce que les responsables   se permettent encore de promettre l’amélioration  de la qualité du service de l’enseignement!,  c’est franchement   manquer d’honnêteté !». Ici, le programme d’urgence mis en exécution dont les «vertus» réformatrices imminentes   sont proclamées orbi urbi  par le ministère de l’Education nationale,  ne fait plus chanter ni les élèves, ni les instituteurs. Après trois ans d’attente vaine, les soufflés sont tombés.  «On a souvent entendu parler de ce fameux programme à la télé.  Le ministère a fait miroiter  tant de «merveilles». Aussi, a-t-on beaucoup attendu la  mise à niveau infrastructurelle des écoles  pour en finir avec notre galère. On a cru que nos classes en préfabriqué allaient être éradiquées et  remplacées par des constructions en béton. Et qu’on allait bénéficier du programme «Tayssir» de soutien financier aux élèves pauvres, qui vise à lutter contre la déperdition scolaire. Surtout que la commune compte parmi des plus démunies de la région.    Mais  après…  que des nèfles! Nous avons l’impression d’être  menés en bateau!», se désole un groupe d’élèves.  Pour les enseignants, cela n’a pas d’explication : il s’agit de marginalisation dont est victime leur école. Comme un  malheur ne vient jamais seul,    l’école de Tassrirt se positionne tristement à  la première place parmi les établissements des plus affectés par le  phénomène de l’abandon scolaire. C’est  surtout dans les rangs des filles  admises en première année du collège, que ce fléau sévit. Sachant que le groupement scolaire en question compte 53 filles, parmi un  effectif de 83 apprenants,  tous sexes confondus. Et cela a ses raisons comme nous l’explique un membre de l’Association des parents d’élèves : «D’abord il faut incriminer le manque de transport scolaire. Mais aussi d'autres facteurs socioéconomiques,   à savoir  la  pauvreté de la quasi-totalité des  familles, et qui sont donc  incapables d’assumer les frais de scolarité pour leurs enfants dans une autre école lointaine. Enfin, la persistance des traditions locales qui ne tolèrent  pas que les filles quittent le foyer familial ». Excédé par tant de maux qui s'acharnent sur l'école de sa commune, notre interlocuteur n'hésite pas à fustiger autant de négligence et de  léthargie  face à cette désastreuse situation dans laquelle végète ce groupement scolaire. Avant d'exhorter les   responsables de l’Education nationale,     élus communaux  et  acteurs locaux de la société civile à faire un sursaut  de synergie et d’entraide mutuelle pour faire du groupement scolaire Idriss II de Tassrirt  une  vraie "école de réussite".

DNES IDRISS OUCHAGOUR
Samedi 22 Octobre 2011

Lu 1227 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs