Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Grogne plurielle : Salariés, étudiants, médecins, enseignants, non-voyants, chômeurs… dans un ras-le-bol général




Le climat social est de plus en plus tendu au Maroc. Il ne se passe pas une semaine sans que des conflits sociaux ou des mouvements de protestation ne soient  organisés. Etudiants en médecine, médecins internes et résidents, enseignants-stagiaires, malvoyants,  victimes d’Amendis, … la liste des protestataires échaudés par la politique du gouvernement Benkirane ne cesse de s’allonger au fil des jours.   Les derniers à l’avoir rejointe ne sont autres que les fonctionnaires titulaires de doctorats qui ont manifesté leur ras-le-bol, avant-hier  devant le Parlement, pour dénoncer l’indifférence de l’Exécutif à l’endroit de leur dossier revendicatif.
« Ces sit-in et grèves sont une réaction logique à l’absence d’institutions de dialogue. Ainsi,  chaque catégorie sociale qui se sent touchée dans ses intérêts, n’hésite pas à descendre dans la rue pour crier sa  colère.  Ce qui n’augure rien de bon et peut être dangereux puisqu’en vidant  les institutions de dialogue  de leur substance, on encourage l’émergence de  formes de protestation qui peuvent se radicaliser», nous a indiqué Mohamed Dahmani, membre du Bureau central de la FDT. Et de poursuivre : « La décision concernant le service obligatoire a été prise sans consultation préalable des étudiants médecins. C’est le cas aussi de la circulaire concernant les  enseignants-stagiaires qui dissocie la formation du  recrutement. Tel est également le cas des habitants de Tanger avec la société délégataire Amendis qui a revu à la hausse ses factures du mois d’août sans en référer aux  usagers et sans les en avoir préalablement informés. Et du coup, tous ces gens qui se sont sentis  lésés, sont descendus dans la rue pour protester non par plaisir mais par contrainte ».
Notre source estime également que l’absence de mécanismes de coordination et de consultation est devenue l’un des traits caractéristiques de l’actuel gouvernement qui semble fermer toutes les portes du dialogue devant ses interlocuteurs. « Depuis l’investiture de l’actuel Exécutif, tout dialogue est en stand-by  et cela dépasse le stade des seuls dossiers sociaux. Il concerne également des dossiers d’une grande importance politique. Pour exemple, les lois organiques qui sont préparées en catimini et sans participation de la société civile et politique. C’est le cas également des  élections qui sont encore loin de devenir un débat de société ». Et d’ajouter : « Mais le cas du dialogue social reste édifiant puisqu’il est en panne et rien ne semble augurer d’une avancée en la matière».  En effet,  avec l’arrivée de Benkirane aux commandes, ce dialogue  s’annonçait déjà  difficile, voire boiteux. Le chef du gouvernement s’était, en effet, obstinément entêté à n’y inclure qu’un seul et unique point à l’ordre du jour, à savoir la réforme de la Caisse marocaine  des retraites (CMR), chargée  de la gestion des pensions civiles.
Mais comment peut-on expliquer cette indifférence et cet entêtement de l’Exécutif ? « Benkirane n’a pas cessé de répéter à qui le voulait l’entendre, via les médias ou au Parlement,  qu’il bénéficiait de la légitimité des urnes  et qu’il avait tous les pouvoirs pour prendre les décisions qu’il voulait sans demander l’avis des autres composantes de la société », nous a-t-il précisé. Et de poursuivre : « Et chaque fois que cette question de dialogue a été mise sur la table, il accusait  ses adversaires d’être téléguidés par des parties occultes et de les accuser d’être les agents d’un complot orchestré par je ne sais qui. Ce fut le cas pour  les victimes d’Amendis  qu’il a accusées d’alimenter la Fitna. C’est le cas aussi pour les enseignants-stagiaires qu’il a accusés d’appliquer l’agenda des adversaires du gouvernement.  Benkirane évite toute analyse objective de la situation et  se complaît allègrement  dans des illusions ». 
Faut-il s’attendre à un changement dans un avenir proche ? « Non », nous a répondu notre source qui estime qu’on est dans une année législative et que les élections prendront le pas sur les autres questions. « Il faut s’attendre à tout cette année. D’ailleurs,  la loi de Finances n’augure rien de bon. Ceci d’autant plus que le retard des précipitations pose également problème mais on espère ne pas arriver au pire », a-t-elle conclu.
 

Hassan Bentaleb
Samedi 5 Décembre 2015

Lu 984 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs