Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Grogne maritime : Les ports de pêche sous la menace d’une grève paralysante




L’affaire Mohcine Fikri continue à faire des vagues.  Les fonctionnaires du département de la Pêche maritime demandent la mise en liberté sous contrôle judiciaire du délégué de la Pêche maritime, du chef de service de ladite délégation et du médecin chef du service de médecine vétérinaire, arrêtés et poursuivis pour faux en écritures publiques et homicide involontaire suite au décès du poissonnier d’Al Hoceima mort broyé par une benne à ordures,.
Lesdits fonctionnaires ont observé hier une grève nationale et organisé un sit-in devant le siège de leur ministère de tutelle à Rabat.
« Nos collègues ont été arrêtés  pour le seul fait d’avoir appliqué la loi à la lettre.  Il est injuste qu’ils soient incarcérés pour avoir exigé la destruction immédiate, comme le stipulent les textes de loi, des poissons impropres à la consommation faute de documents attestant de leur origine », nous a indiqué Morad Elghazzali, secrétaire général du Syndicat des fonctionnaires de la pêche maritime. Et de poursuivre : «Nous sommes tous, aujourd’hui, des prisonniers potentiels et nous redoutons de subir le même sort que nos collègues d’Al Hoceima. Une situation qui  profite largement aux trafiquants qui imposent leur loi.  Et qui est le grand perdant dans cette affaire ? C’est l’Etat évidemment puisque les recettes générées par ce secteur vont sûrement diminuer ».  
Même son de cloche de la part de Hamid Halim, secrétaire général du Syndicat des fonctionnaires de la pêche maritime-section Tan Tan qui nous a expliqué que la grève d’hier a été marquée par la participation de l’ensemble des fonctionnaires des services centraux et extérieurs du département de la Pêche maritime et qu’elle avait pour objectif  de demander la libération immédiate des fonctionnaires mis en cause dans l’affaire Mohcine Fikri et leur poursuite en état de liberté provisoire. « Ce sont des fonctionnaires établis au Maroc qui n’ont pas d’antécédents judiciaires et qui présentent toutes les garanties juridiques requises», nous a-t-il précisé. Et d’ajouter : « Ceci d’autant plus que leur arrestation est infondée puisqu’ils accomplissaient leur mission conformément aux lois en vigueur. Pour nous, il s’agit bel et bien d’une arrestation purement politique et non administrative ».
Notre source nous a indiqué, par ailleurs, que ce débrayage a été également observé pour mettre en lumière la situation des contrôleurs de la pêche  qui exercent leurs fonctions sans être protégés. « Ces derniers  sont insultés, menacés et même violontés comme ce fut le cas dernièrement à M’diq et Boujdour.  Même les délégués ne sont pas épargnés comme en atteste le cas de celui de Tan Tan qui a été sauvé de justesse d’une agression».
Pour les fonctionnaires de ce département, les missions sont nombreuses et le personnel est débordé.  « On exerce des prérogatives d’une grande importance sans pour autant être investis de l’autorité idoine ni  du soutien des autorités locales. Pis, les contrôleurs sont les seuls à assumer leurs responsabilités alors qu’ils font partie des commissions multipartites de contrôle.    Les contrôleurs sont appelés à se débrouiller seuls », nous a déclaré Hamid Halim. Et de préciser qu’il s’agit d’«une situation des plus compliquées vu la faiblesse des ressources humaines mobilisables».
D’après lui, le département en question compte 1.280 fonctionnaires dont 575 dans les services centraux et 200 contrôleurs assermentés répartis sur l’ensemble des ports, sites d’embarquement et eaux aménagés. « Les services de sécurité embauchent plus de 100 personnes par an alors que nos postes budgétaires ne dépassent pas les 10 sachant que les contrôleurs sont également censés  protéger les richesses du pays et lutter contre le trafic et la contrebande. Au cours de cette année, on a demandé 120 postes. Une demande qui ne semble pas avoir été du goût du ministère des Finances qui nous en a donné seulement 10 alors que nos besoins sont énormes.  A noter qu’au cours de cette année, 40 fonctionnaires sont partis à la retraite et 190 entre 2009 et 2016 alors que le nombre de personnes recrutées n’a pas dépassé les 140 », nous a-t-il expliqué. Une absurdité, selon lui, puisqu’il s’agit d’un secteur de grande importance qui draine près de 2 milliards de DH comme recettes au budget de l’Etat.   « Ce débrayage n’est que le début et risque de se reproduire. Aujourd’hui,  on a le soutien des professionnels, mais les choses peuvent se gâter après », nous a déclaré Hamid Halim. Et de conclure : «  Il doit y avoir une valorisation des ressources humaines comme c’est le cas concernant les produits de la pêche. Sinon, les conséquences seront graves. Notamment sur les recettes de l’Etat et sur ses engagements avec ses partenaires étrangers ».

Hassan Bentaleb
Vendredi 18 Novembre 2016

Lu 1597 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs