Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Front social contre une politique antisociale

Les syndicats en sit-in aujourd’hui devant le Parlement




L’année 2016 s’annonce de mauvais augure pour le gouvernement Benkirane. Dès son entame, elle a donné le ton de ce que seront les derniers mois de cet Exécutif dont la politique antisociale ne cesse de provoquer l’ire des Marocains.
A preuve, les manifestations des enseignants en cours de formation durement réprimées par les forces de l’ordre la semaine écoulée et les pétitions lancées sur les réseaux sociaux pour dénoncer les méfaits de la politique gouvernementale sur la bourse des ménages et la stabilité sociale.
A preuve aussi le sit-in organisé avant-hier devant le Parlement par des centaines de personnes pour dénoncer la répression policière qui s’est abattue sur les « enseignants de demain » et pour scander des slogans contre le gouvernement Benkirane.
Tout en demandant l’ouverture d’un dialogue avec ces enseignants, une demande impossible à réaliser vu l’intransigeance du chef du gouvernement comme en atteste sa déclaration lors de la dernière réunion du Conseil national de son parti, l’OMDH a, pour sa part, appelé à  la nécessité de mettre en application des recommandations du CNDH visant à la rationalisation de la gouvernance sécuritaire.
A preuve enfin, le sit-in que les centrales syndicales organiseront ce mardi devant le Parlement pour protester contre la volonté du chef du gouvernement d’imposer sa réforme des caisses de retraite sans  concertation avec les représentants des salariés et des fonctionnaires.
Le sit-in de protestation des centrales syndicales coïncide avec la séance mensuelle consacrée aux questions de politique générale auxquelles le chef du gouvernement est tenu de répondre. De toute évidence, cette séance sera houleuse étant donné que l’un des deux thèmes qui vont y être traités est celui du dialogue social gelé depuis l’investiture de l’actuel gouvernement au début de 2012.
Les centrales syndicales, rappelle-t-on, ont également décidé de porter plainte devant l’Organisation internationale du travail (OIT) contre le gouvernement Benkirane pour violation des conventions internationales et de la Déclaration mondiale relative aux droits économiques et sociaux de 1998.
Les centrales syndicales ne se contenteront pas de ces seules mesures. Elles ont également décidé de geler leur participation pour une durée allant de trois à six mois à certaines institutions telles la Caisse nationale de la sécurité sociale, l’Agence nationale de l’emploi, le Bureau national de la formation professionnelle et de la promotion du travail et le Conseil supérieur de la Fonction publique.
A noter par ailleurs que le Conseil national de la Fédération démocratique du travail (FDT) réuni samedi dernier à Casablanca, a décidé d’organiser une grève nationale dans la Fonction publique, les collectivités locales et les entreprises publiques le 11 février 2016, tout en laissant aux fédérations locales le soin d’adopter toutes les formes de protestation (sit-in, marches…) qu’elles comptent organiser le jour de la grève.
 
 
 

T. Mourad
Mardi 12 Janvier 2016

Lu 1099 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs