Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Foire agricole de Laâyoune : Promouvoir une agriculture solidaire




Foire agricole de Laâyoune : Promouvoir une agriculture solidaire
La première édition de la Foire agricole de Laâyoune s'est achevée, dimanche 25 décembre. Organisée du 22 au 25 décembre par la direction régionale de l'agriculture en partenariat avec les conseils élus de la région et les provinces de Tarfaya et Boujdour, la Foire agricole de Laâyoune visait à mettre en exergue les potentialités de la région à travers des rencontres et des échanges entre les différents opérateurs des filières agricoles au niveau régional. Parmi les objectifs tracés par les organisateurs de cette manifestation, il ya la promotion de l'agriculture solidaire au niveau de la région à travers l'exposition de différentes races animales (dromadaires, bovins, petits ruminants et volailles) et des produits agricoles notamment le lait des chamelles et ses dérivés ainsi que les différents  produits du terroir.
Sur une aire de 500 m2, 40 stands  permettaient aux participants d'exposer leurs produits. Un autre espace a regroupé des spécimens de dromadaires, de vaches laitières, de chèvres, de brebis qui broutaient paisiblement à côté des cages à poules ou de lapins. Pour compléter le tableau, deux belles juments se tenaient dans un enclos conçu pour l'occasion.
Alors que les exposantes et exposants, les femmes étant plus nombreuses que les hommes, essayaient de convaincre les visiteurs de la qualité de leurs produits, au palais des congrès se tenaient des conférences animées par des professeurs venus de l'Institut Hassan II de l'agriculture de Rabat.
Ces conférences étaient suivies de débats sur les problèmes que rencontrent les éleveurs de la région. Cette rencontre a été sanctionnée par des recommandations de la part des conférenciers et des doléances de la part des agriculteurs.
Parmi les recommandations, on relève celles faites par le Professeur Noureddine Ben Kerroum qui, pendant sa conférence, a parlé du dromadaire "locomotive du désert". Le rôle vital qu'il a toujours joué chez les communautés des zones arides et subarides. Ces recommandations visent à orienter les éleveurs vers des pratiques leur permettant d'améliorer la qualité et la quantité  de leur production et à diversifier les dérivés du lait et de la viande de chamelles et de dromadaires à travers leur conservation et leur transformation.
Il a insisté sur le fait que pour obtenir de tels résultats, il est indispensable de moderniser les élevages. Ce qui implique, a-t-il expliqué, la valorisation des produits, la diversification des races, à travers la sélection des étalons.
M. Ben Kerroum a souligné l’importance de cette richesse qu'il faut exploiter de façon moderne et à laquelle il faut accorder tout l'intérêt en adoptant le Plan Maroc Vert comme cadre adéquat et incitatif pour organiser et améliorer la filière cameline tout en préservant les pratiques traditionnelles. A noter qu'un plan spécifique destiné à l'élevage du dromadaire est inclu  dans ce plan. Il a insisté sur la nécessité de prêter toute l'attention à la qualité hygiénique des produits alimentaires dérivés du dromadaire.
Parmi les points soulignés par le conférencier, celui relatif aux investissements. Ces investissements qui, jusqu'à présent, sont uniquement le fait de l'Etat, doivent être ouverts au privé, a-t-il souligné.
En marge de l'exposition, Libé a rencontré Madame Fatiha Lakri, participante représentant l'Association des amis du Parc national Akhneifiss. Cette association regroupe des dizaines de femmes éleveuses de chèvres et produisant un beurre local. Elle fournit fourrage et assistance vétérinaire à ces femmes et leur achète leur production qu'elle commercialise.
Mme Lakri se félicite de cette exposition qui leur a permis, dit-elle, de vendre une grande partie de leur production  et de nouer des contacts avec des acquéreurs potentiels de leurs produits qui sont, essentiellement du terroir.

Appel au développement de l'élevage

Les participants à un colloque tenu dimanche à Laâyoune sur "la situation actuelle et les perspectives de développement du secteur agricole dans la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra", ont appelé à la création d'un laboratoire d'analyses et de recherches vétérinaires en vue d'un encadrement sanitaire dans les secteurs de l’élevage des ovins et de la volaille.
Ils ont également souligné la nécessité de la mise en place d'une unité de production d'engrais concentrés et de centres de collecte de lait de chamelle, l'introduction de techniques modernes en matière d'allaitement et la simplification des procédures.
Pour le secteur des volailles, les intervenants ont notamment soulevé la problématique du foncier qui entrave la construction de nouvelles unités de production de la viande de volaille et la simplification des procédures pour l'obtention des crédits.

Ahmadou El-Katab
Mercredi 28 Décembre 2011

Lu 834 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs