Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Faut-il raser la cité universitaire Dhar Mehraz ?




Faut-il raser la cité universitaire Dhar Mehraz ?
Les autorités sont déterminées à raser la cité universitaire Dhar Mehraz de Fès, l’une des plus anciennes du pays. Le prétexte ne résiste pas aux faits. L’on avance ainsi que le bâtiment menace ruine et qu’il représente un grand danger pour les étudiants. Ce qui n’est pas totalement faux, certes. Mais ce n’est pas  palpable, ni rationnel, encore moins crédible comme raison.
Il existe ainsi une multitude de solutions alternatives, pour sauvegarder une aussi jolie bâtisse coloniale. La volonté n’y est pas. Secret de Polichinelle, les autorités veulent depuis longtemps ne plus entendre parler de cet édifice dit  toujours «sources de problèmes». Les décideurs attendaient juste le timing approprié. D’ailleurs, il n’y a eu aucun respect du processus de prise de décision. Les étudiants ont été pris de court. C’est dire qu’elle n’a rien d’une décision normale et habituelle, mais bel et bien sécuritaire et partant surprenante, question d’éviter toute résistance possible. Depuis longtemps, des velléités mercantilistes malsaines tournent autour de l’espace en question, et la Faculté des lettres et des sciences humaines qui est du même ordre architectural et qui demeure dans la même situation de dégradation reste aussi menacée.
Ce qui discrédite, par contre, la version des autorités, c’est l’alternative tangible que proposent tous les architectes du monde à la vue de cette jolie demeure collective : la restauration. Pas question ! Il faut en finir avec le mythe Dhar Mehraz qui hantait les sécuritaires…, en finir aussi avec tout ce qu’il symbolise. Une mémoire pour des générations qui sont passées par ses studios à quatre et qui se transformaient en chambres à six ou huit personnes, et parfois même plus. Certaines d’entre elles ne désemplissaient jamais, ni dormaient et restaient toujours ouvertes aux derniers venus et aux sans-abris. La situation matérielle des étudiants n’étant point à rappeler.
Le statut d’institution incarnant une sorte d’opposition au pouvoir et aux politiques impopulaires, en a fait aussi le théâtre d’événements parfois très dramatiques. Le 20 janvier 1988, et suite à une intervention du SMI, l’étudiant Adel Ajraoui allait décéder, après avoir chuté du haut d’un étage. Le même jour, et non loin de cette bâtisse, Zoubida Khalifa allait mourir d’une balle réelle, une autre avait touché l’étudiant Aziz Arrach, qui vit toujours handicapé… Un autre étudiant mourra suite à l’intervention des SMI, vers la fin de la décennie  écoulée.

Outre ce statut, la cité Dhar Mehraz est aussi et surtout une école où l’on avait formé des poètes, des sociologues, des chanteurs, des artistes peintres, des critiques littéraires,  des penseurs et des politiciens … Aucune liste ne serait dans ce sens exhaustive. Même quelques meilleurs agents des services secrets sont passés par Dhar Mehraz, où ils avaient reçu leurs premiers cours gratuits en politique.
Les nuits de Dhar Mehraz sont souvent …blanches. Des débats à nombre réduit ou des cercles à grand effectif, les étudiants rivalisaient en connaissances, analyses, argumentaires, mais aussi en controverses. Certes, des sujets récurrents et polémiques ne présentaient pas beaucoup d’intérêt, mais d’autres étaient de véritables sources d’informations et une sorte de formation  politique. Il fallait se doter de compétences particulières pour  faire partie des vrais acteurs de cette scène. D’ailleurs, un wali en retraite, et ancien directeur de cette cité universitaire, disait toujours à ceux qui voulaient l’entendre : Dhar Mehraz, c’était aussi mon école. Faut-il la raser pour autant ?




Mustapha Elouizi
Lundi 14 Octobre 2013

Lu 1527 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs