Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fallait-il en arriver là ?




Rien ne doit ni ne peut justifier la mort (non naturelle) d’un homme. L’émoi qui a secoué tout un pays à la suite du décès, dans des conditions horrifiantes, est de ce fait des plus justifiés.
Il ne serait sûrement pas inutile de rappeler que les faits ayant été à l’origine d’un aussi insupportable drame se produisent dans ce cher Maroc qui est le nôtre, tous les jours, les mois et les années que le bon Dieu fait. Au vu et au su de tout le monde. Responsables, à quelque niveau que ce soit, en tête. Sauf qu’on ne se laisse émouvoir que quand il y a de grosses pertes en vies humaines, surtout.
Le regretté Mohcine Fikri aurait-il fait ce qu’il avait fait s’il n’était pas persuadé que c’était là une pratique courante, si illicite soit-elle ? Si les autres se le permettent, pourquoi pas moi?
L’enquête diligentée sur ordre du Roi se doit de remonter la filière, tout un réseau à coup sûr. Que faisaient des tonnes d’un poisson interdit à la pêche dans ce port d’Al Hoceima, si ce n’était pas là l’œuvre d’une mafia locale, voire plus, et qui bénéficie sans doute aucun d’une protection assurée?
C’est tout un pays qui se voit pillé de la sorte. C’est tout un peuple qui se trouve, chaque jour, écrasé, broyé …
Au fait, si cela se passe dans un petit port, que pourrait-on dire de tous les autres ?
C’est pour le moins déplorable qu’il s’en trouve parmi les responsables surtout, qui semblent découvrir, aujourd’hui, la triste réalité infligée au pays par ceux censés le servir, le défendre et lui épargner tous les excès et abus …
Ça, c’est nous, ces Marocains si « perspicaces », si « exceptionnels » qui parlons de « transport clandestin », alors que la chose est pratiquée au grand jour au vu et au su de policiers ou gendarmes curieusement laxistes et de ministres inexistants. Et chaque fois qu’il y a des morts par dizaines, nous nous empressons de sortir nos mouchoirs ou de débiter des discours à la noix faits non seulement  d’une trop itérative oraison funèbre, mais aussi d’une soudaine et trop éphémère prise de conscience …
Résultat, nos routes continuent de tuer, comme bon nombre de nos hôpitaux incapables de s’acquitter de leur mission ou autres cliniques privées intéressées par autre chose que la santé du malade.
Le cas également de ces dizaines de milliers de maisons menaçant, depuis toujours, ruine que l’on a promis de résorber, mais qui n’en continuent pas moins de faire des morts par dizaines …
Que ne faut-il pas citer pendant ce temps? Ça aurait été là une façon de dire à ceux qui ont pour on ne sait quelle raison poussé trop loin le bouchon en parlant de … peuple du Rif qui serait visé pour on ne sait quelle raison que feu Mohcine était marocain à part entière, comme l’a été feue Amina Filali, Mmi Fatiha et bien d’autres … Les victimes de l’effondrement de l’immeuble de Bourgone, Sbata à Casa, Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech … Et un peu partout … Partout, hélas !

Par Mohamed Benarbia
Mardi 1 Novembre 2016

Lu 2989 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs