Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Essaouira cherche à booster son économie et améliorer ses indicateurs de développement




Potentialités et recherche scientifique passées en revue

Une coopération modèle et fructueuse entre établissements scientifiques d’une part et conseils élus à Essaouira  d’autre part, à dupliquer dans les autres villes et régions du Royaume. Comment mettre en synergie la recherche scientifique, la formation professionnelle et les potentialités naturelles et socioéconomiques d’Essaouira en vue de booster son économie et ainsi améliorer ses indicateurs de développement ? 
Ce fut l’enjeu principal de la journée d’étude organisée conjointement par le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, le Conseil de la région Marrakech-Safi, et  les conseils provincial  et  communal en coopération avec la province d’Essaouira.
Cette journée de réflexion scientifique sur les moyens et les méthodes à même de mettre la recherche scientifique et la formation professionnelle au service de la valorisation des potentialités naturelles et socioéconomiques de la région fut aussi l’occasion d’annoncer la création d’une délégation de la formation professionnelle à Mogador, l’initiation d’un circuit touristique dans l’ilôt Mogador, la création d’un musée écologique ainsi que l’inscription de la biodiversité d’Essaouira sur la lithothèque du Maroc.
Cet événement scientifique a été aussi marqué par la signature d’une convention-cadre entre l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V et les conseils provincial et communal d’Essaouira, avec pour objectifs la réalisation de projets, de programmes et d’études, l’organisation d’activités conjuguant les stratégies des deux conseils élus, le développement des compétences et la réalisation de recherches scientifiques d’expertises en appui au processus de développement durable.  Ladite convention permettra la réalisation d’un projet de musée écologique, l’inscription de la biodiversité de Mogador sur la lithothèque du Maroc, la réhabilitation des zones humides et du littoral, la valorisation du patrimoine naturel et culturel de l’îlot Mogador, entre autres.
Ce carrefour de réflexion scientifique a été marqué par la présence du secrétaire général de  la formation professionnelle au ministère de tutelle, du gouverneur de la province, Mohammed Malal, quatrième vice-président du Conseil de la région Marrakech-Safi et président de la commission de l’enseignement, de la communication et de la culture au sein de la Chambre des représentants, du maire de la ville, du 1er vice président du conseil provincial, des chefs de services extérieurs, de professeurs universitaires, de représentants de la société civile et des médias.
La richesse au niveau des données afférentes aux potentialités naturelles et socio-économiques d’Essaouira a été l’objet de différentes interventions qui ont abordé plusieurs thèmes  dont «Le patrimoine naturel d’Essaouira » (Abdeljebbar Ckninba), « La recherche opérationnelle pour faire de l’arganier un levier de développement durable » (Badreddine Ckartah), « L’intérêt de l’archipel de Mogador en tant que patrimoine naturel et culturel » (Abdeljebbar Ckninba), « La stratégie de la formation professionnelle » (Naima Sabri),  « Le développement de la formation professionnelle dans la région de Marrakech-Safi et Essaouira» (Hassan Sadouck),  «La société civile et le programme de formation par apprentissage » (Abdelmouniim Othmani), « L’élaboration d’un guide socioéconomique, touristique et écologique d’Essaouira » (Abdeljebbar Ckninba), « Le projet du musée écologique : consolidation et préservation du patrimoine naturel et écologique d’Essaouira » (Amina Himmi), « Le projet d’inscription de la biodiversité de Mogador sur la lithothèque du Maroc » (Abdelfattah Tahiri), «Le projet de réhabilitation des zones humides et du littoral » (Mohammed Aakbani) et Mohammed Eddaki,
Ce carrefour de partage, animé par Dr Habib El Azzouzi et coïncidant avec la Journée internationale de la femme a été aussi marqué par un hommage rendu à trois femmes issues du milieu scientifique. Abdelkabir Bellawchi, professeur à l’Université Mohammed V a ravi l’assistance grâce à son intervention à la fois scientifique et littéraire  autour des opportunités locales pour l’intégration de la femme et la promotion de ses droits.
Jamal Mokhtatar, gouverneur d’Essaouira, a salué cette initiative tout en se félicitant des trois projets annoncés. Mohammed Malal a mis l’accent sur l’importance de la recherche scientifique et de la formation des cadres concernant le soutien au processus de développement durable de la province. Il a, à cet effet, appelé à la création de deux autres centres de formation professionnelle dans les zones Haha et Chiadma en vue de répondre à la demande croissante des jeunes qui font face à  des contraintes sociales et financières.
 

Abdelali Khallad
Lundi 20 Mars 2017

Lu 859 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs