Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Essaouira : Des fleurs, des défilés et des protestations




Essaouira : Des fleurs, des défilés et des protestations
Le débat autour de la parité, la discrimination positive et la participation des femmes, a largement motivé les différentes initiatives entreprises par les acteurs officiels et sociaux à Essaouira à l’occasion de la Journée internationale de la femme.  
Certes, les femmes se sont accordées sur la particularité de l’événement, mais elles ont décidé de le fêter de différentes manières. Quelques-unes l’ont fêté avec des fleurs, des défilés, des réceptions, tandis que d’autres, subissant l’exclusion et la précarité, ont choisi de donner de la voix, et le fêter en protestant et en réclamant une parité humaine et sociale avant tout.  
Les délégations du ministère de l’Education nationale, de l’Entraide nationale, des établissements scolaires, ainsi que plusieurs composantes de la société civile, ont mis en œuvre des programmes variés (défilés, hommages, soirées poétiques et artistiques, conférences, réceptions) en commémoration de cette journée, réservant un hommage des plus mérités à la présence féminine dans une société plurielle.
Les femmes du quartier Mellah à l’ancienne médina ainsi que celles du Douar Laâreb à quelques kilomètres du centre urbain, ont battu le pavé et donné de la voix à cette occasion pour protester, dénoncer leurs situations précaires, et réclamer leurs droits fondamentaux.
Jeudi 8 mars 2012 vers 16h, les femmes issues de l’ancienne médina ont scandé des slogans contre la « Hogra », et marché vers le siège de la province où elles ont observé un sit-in pour demander à ce que leur problème soit résolu. Oubliées par le programme de relogement des habitants de l’ancienne médina, elles ont réclamé leur droit au logement, à la dignité, et aux services de base. Elles ont également scandé des slogans contre la dépravation et la corruption et appelé les responsables de la gestion de ce dossier épineux et entaché d’innombrables irrégularités à rendre compte de leurs erreurs.
Non loin, à Douar Laâreb, toujours soumis à l’enclavement malgré son appartenance au centre urbain depuis 20 ans déjà, les femmes affiliées à l’Association Douar Laâreb pour le développement ont célébré cette journée, en diffusant un communiqué pour stigmatiser les effets de l’exclusion et de la précarité. Elles revendiquent leurs droits, notamment de l’eau potable, l’assainissement liquide, le transport, l’enseignement, les services sanitaires, la sécurité, entre autres.
Ceinture de pauvreté et de misère, et fief électoral de certaines figures qui n’ont rien de politiques, la zone de Douar Laâreb nécessite plus que jamais un programme urgent de mise à niveau, et un intérêt particulier de la part des autorités locales et du conseil municipal.

Abdelali Khallad
Lundi 12 Mars 2012

Lu 645 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs