Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Erdogan déclare la guerre aux internautes

Une décision déplorée à l’étranger




Erdogan déclare la guerre aux internautes
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré la guerre aux internautes en ordonnant jeudi dans le pays un blocage de Twitter, ce qui, à huit jours des élections municipales, a suscité une avalanche de critiques dont celles du chef de l'Etat.
 Sur ordre du gouvernement, l'autorité des télécommunications (TIB) a purement et simplement interdit en soirée, sous prétexte de décisions de justice, l'accès au réseau de microblogging, coupable de diffuser des conversations téléphoniques piratées de M. Erdogan qui le mettent en cause dans un vaste scandale de corruption.
 Au milieu du concert de protestations suscité par cette mesure qualifiée de "censure", le président Abdullah Gül n'a pas tardé à faire entendre qu'il divergeait avec le chef du gouvernement en condamnant explicitement sa décision.
 "On ne peut pas approuver le blocage total des réseaux sociaux (...) j'espère que cette situation ne durera pas longtemps", a-t-il écrit sur son compte Twitter.
 M. Gül, qui a pris récemment ses distances avec M. Erdogan, s'était déjà opposé aux menaces brandies le mois dernier par le Premier ministre lorsqu'il avait menacé de s'en prendre à YouTube et Facebook. "Une interdiction est hors de question", avait tranché le chef de l'Etat, un adepte des réseaux sociaux.
 De leur côté, le principal parti d'opposition, le Parti républicain du peuple (CHP), et le président de l'Association des barreaux de Turquie (TBB), Metin Feyzioglu, ont annoncé vendredi avoir saisi la justice pour obtenir la levée de l'interdiction.
 "C'est une violation incroyable des droits fondamentaux et des libertés", s'est indigné à l'AFP le député du CHP Aykan Erdemir. "Twitter n'a même pas été interdit en Syrie alors que ce pays est en guerre depuis trois ans", a-t-il ajouté, "la Turquie fait désormais partie des pays les plus autoritaires en matière de liberté sur le net".
 Dans la dernière ligne droite d'une campagne électorale municipale très tendue par les affaires de corruption qui visent le régime, M. Erdogan a annoncé sa décision d'interdire jeudi le réseau devant des milliers de partisans à Bursa (ouest).
 "Nous allons éradiquer Twitter. Je me moque de ce que pourra dire la communauté internationale", a-t-il lancé, "la liberté n'autorise pas l'intrusion dans la vie privée de qui que ce soit ou l'espionnage des secrets d'Etat".  Sitôt matérialisée, la décision des autorités a été rapidement contournée par les internautes qui ont pu accéder au réseau via d'autres serveurs.
 Vendredi matin, l'accès au réseau, qui compte plus de dix millions d'abonnés en Turquie, était impossible sur une partie des téléphones portables du pays seulement.
 Même vide d'une partie de son effet, la décision du gouvernement a provoqué de nombreuses réactions outrées à l'étranger.
 "Très inquiet", le commissaire européen à l'élargissement Stefan Füle a rappelé à Ankara, candidat à l'adhésion, que "l'usage des réseaux sociaux est une liberté fondamentale de l'Union européenne". 

AFP
Samedi 22 Mars 2014

Lu 527 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs