Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Epidémie et manifestations dans les camps de Tindouf

Des centaines d’individus souffrant de démangeaisons et de gonflements des mains et des pieds en colère contre le manque de soins




Epidémie et manifestations dans les camps de Tindouf
Les habitants des camps de Tindouf se sont réveillés, au début de la semaine dernière avec une épidémie d’un genre, jusque-là, inconnu. Selon des sources du camp d’El Ayoune, près de Tindouf, des populations venues des différents camps se sont retrouvées devant le portail de ce que le Polisario appelle, pompeusement, Hôpital national et qui n’est autre qu’une construction en banco couverte de zinc. Des dizaines, voire des centaines d’individus, souffrent de démangeaisons sur tout le corps et de gonflements des mains et des pieds. Ces démangeaisons dont on ignore l’origine, ont provoqué la colère des populations qui se sont soulevées contre la direction du Polisario, dénonçant l’attente interminable qu’elles doivent subir pour s’entendre dire qu’il n’y a pas de spécialistes pour déterminer les causes  de cette épidémie. Nos sources rapportent que la maladie dont l’origine reste inconnue passe du stade de démangeaison à celui de plaque noirâtre et de gonflement au niveau des pieds et des mains, tout en affectant rapidement d’autres  parties du corps. Cette situation ajoutée à l’absence de spécialistes à même de faire un diagnostic du mal, a créé une grande panique chez les populations qui n’ont d’autre recours que la dénonciation des responsables du Polisario.
Cette colère et ces dénonciations, les populations les ont traduites à travers des tags sur les murs réclamant l’application de la proposition marocaine d’autonomie pour les provinces du Sud. Si l’épidémie dermique est contagieuse, la grogne des habitants des camps, silencieux depuis plus de quatre décennies, ne l’est pas moins. C’est ce qui ressort d’une énième vidéo diffusée par la chaîne régionale de TV Laâyoune. Cette fois, ce sont les miliciens qui mettent en cause  les dirigeants du Front pour les violations des droits de l’Homme à Tindouf. Dans cette vidéo, un milicien reconnaît que les hommes de troupe sont « contraints de réprimer quotidiennement les revendications des populations ». Il a particulièrement déploré le recours « excessif à la force » contre les manifestants lors des émeutes du dimanche 11 mai dans le camp d’El Ayoune et dans lesquelles le pseudo-wali Hamma Ould Bounya a été blessé. Dans le même ordre d’idées et dans leurs dernières déclarations diffusées par la chaîne régionale de Laâyoune, les membres du Mouvement jeunes pour le changement soulève l’affaire de Khalil Ahmed.
Dans le cadre de la diffusion de vidéos filmées dans les camps de Tindouf instaurée depuis quelque temps par la chaîne  régionale TV de Laâyoune  sous le titre « Minute de vérité », la parole a été donnée à un jeune qui vient d’intégrer le mouvement et qui a traité essentiellement le problème de la disparition de Khalil Ahmed. Il a indiqué que Khalil Ahmed, titulaire d’un doctorat en sociologie avait, depuis son retour de Cuba où il a avait fait ses études, a été nommé à plusieurs postes dans les structures du Polisario. En 2008, il avait été nommé au poste de conseiller chargé des droits de l’Homme à la prétendue présidence de la pseudo-république. Pour confirmer qu’il n’y a ni république ni présidence, le jeune a déclaré avoir un lien de parenté avec le docteur Khalil Ahmed, dit Carlos, porté disparu depuis 2009. Le jeune homme a indiqué que la famille du disparu a découvert, par hasard et grâce à une indiscrétion d’un membre des services secrets algériens, que Khalil Ahmed est bien vivant et incarcéré dans une prison où il avait été conduit par les services de renseignements militaires algériens.
Dans sa déclaration, la jeune recrue du mouvement a confirmé que ses nouveaux collègues et lui-même sont déterminés à briser le silence qui entoure la torture, les kidnappings, l’oppression et l’exclusion érigés en loi par la direction du Polisario pour perpétuer la gabegie et l’enrichissement des membres de cette direction sur les souffrances des Sahraouis. Il a ajouté qu’ils sont déterminés et invitent tous les Sahraouis à lutter contre cette direction afin d’éviter de se retrouver dans la même galère de docteur Khalil. Invitant les habitants à se mobiliser et à surmonter la peur des inévitables représailles, le jeune militant a souligné que si la direction ou plutôt l’armée algérienne qui est seule à décider du sort des habitants des camps, traitent de la sorte les dirigeants qui tentent de briser le silence qui leur est imposé, le sort réservé au simple citoyen désireux du changement ne peut être que pire.  

Ahmadou El-Katab
Lundi 2 Juin 2014

Lu 1404 fois


1.Posté par jawad le 02/06/2014 21:06
Ce qui devait arriver arriva: Le manque de médicament ,d''eau potable et d'instalations sanitaires de base lié à la mal nutrition a crée les conditions favorables à l'aparition d'une épidemie qui frappe les séquestrés de Tindouf. Les dirigeants du Polissario ont une grande résponsabilité dans cette épidemie car c'est bien eux qui détournent argent et médicaments destinés à ces populations pour leur seul profit en les révendants notament en Algérie.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs