Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretiens entre Habib El Malki et Siegfried Bracke à Bruxelles


Le président de la Chambre des représentants prend part à une cérémonie en hommage aux soldats marocains tombés lors de la bataille de Gembloux-Chastre



Habib El Malki, président de la Chambre des représentants a eu, lundi en début d’après-midi à Bruxelles, un entretien avec son homologue belge, Siegfried Bracke consacré notamment au renforcement de la coopération parlementaire. 
Dans une déclaration à la presse à l’issue de cet entretien, qui s’est déroulé en présence notamment de l’ambassadeur du Maroc en Belgique et au Grand Duché du Luxembourg, Mohamed Ameur et de la délégation accompagnant Habib El Malki, le président de la Chambre des représentants de Belgique a souligné avoir eu un entretien «très fructueux» avec son homologue marocain sur les questions d’intérêt commun «parce qu’il y a un lien naturel entre le Maroc et la Belgique».
Siegfried Bracke a affirmé que la coopération parlementaire a été le point d’orgue de cet entretien, annonçant la signature prochaine entre les deux institutions d’un accord dans ce sens.
Il a également affirmé avoir accepté l’invitation de Habib El Malki de se rendre au Maroc avant la fin de l’année en cours "en vue d’approfondir davantage les relations bilatérales".
Ce dernier s’est réjoui, de son côté, du climat d’amitié qui a imprégné l’entretien entre les deux parties, soulignant la profondeur des relations entre le Maroc et la Belgique.
Il s’est félicité également de la volonté qui s’est dégagée, suite à "cet entretien amical fructueux", de signer un nouvel accord de coopération entre les institutions parlementaires des deux pays qui est de nature à donner un nouvel élan aux excellentes relations entre les deux pays.
A signaler, par ailleurs, que le président de la Chambre des représentants a pris part, lundi, à une cérémonie de mémoire et de recueillement à la nécropole nationale militaire française de Chastre (40 km au sud de Bruxelles), où reposent des centaines de soldats marocains tombés lors de combats livrés en 1940 contre les troupes nazies.
Après le salut des couleurs au son des hymnes nationaux marocain, français et belge, des personnalités ont pris la parole pour saluer le courage des soldats tombés dans le champ d’honneur et appelé à raviver le souvenir de ces hommes qui vécurent ensemble dans la tolérance et le respect mutuel.
Le ministre d’Etat belge André Flahaut a, à cette occasion, rappelé que les sacrifices consentis par ces vaillants soldats pour la liberté doivent être inscrits à jamais dans la mémoire de tous, relevant qu’il a initié une résolution parlementaire incitant le gouvernement wallon à intégrer, dans le programme scolaire, la commémoration de la bataille de Gembloux afin de perpétuer le souvenir de cette épopée qui illustre la communion et la solidarité qui prévalaient entre les communautés et "dont on a grandement besoin de nos jours".
Rappelant les valeurs nobles de liberté, de fraternité, d’égalité et de solidarité qu’incarne la bataille de Gembloux, Habib El Malki a, de son côté, souligné que « nos vaillants soldats tombés dans le champ d’honneur ont payé le prix du sang pour que triomphent la liberté et la justice et c’est en reconnaissance de leur bravoure que nous avons le devoir de perpétuer la mémoire de leur sacrifice pour l’humanité et l’inculquer à nos enfants et aux générations futures».
« Les tombes de ces glorieux soldats nous rappellent que les sacrifices qu’ils ont consentis n’étaient nullement vains. Elles nous alertent encore qu’on n’est nulle part à l’abri des menaces de l’extrémisme et de la radicalisation», a ajouté Habib El Malki.
Cette cérémonie s’est déroulée en présence de membres de la communauté marocaine de Belgique, de vétérans de la Deuxième Guerre mondiale, de personnalités politiques, de diplomates, d’élus et de personnalités militaires.  
Il convient de rappeler que Habib El Malki a conduit la délégation parlementaire marocaine qui a pris part, du 6 au 11 juillet au Luxembourg, aux réunions des commissions permanentes de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF). Cette délégation est composée des membres de la Chambre des représentants Mouh Rajdali, du Groupe justice et développement, Mohamed Touimi Benjelloun, du Groupe authenticité et modernité, Mohamed Karimine, du Groupe istiqlalien de l’unité et égalitarisme et Karim Chaoui, du Groupe du rassemblement constitutionnel, ainsi qu’Amal El Omari, membre du groupe de l'Union marocaine du travail à la Chambre des conseillers.
Amal El Omari a, ainsi, représenté la délégation marocaine, samedi, lors d’une réunion du Réseau des femmes parlementaires francophones, dont les travaux ont porté sur l’examen de plusieurs questions, notamment les femmes migrantes dans le monde francophone, l’orientation scolaire pour les filles, la sensibilisation et l’association des hommes/jeunes à la lutte contre la violence à l’égard des femmes/filles, tandis que Habib El Malki a pris part aux travaux du bureau de l’Assemblée, vendredi.
Dimanche, les membres de la délégation marocaine ont participé aux travaux des commissions permanentes. Ainsi, Karim Chaoui a pris part aux travaux de la commission politique, qui a notamment abordé l’analyse de la situation politique dans l’espace francophone et la prévention de la radicalisation religieuse et de l’extrémisme violent.
Pour sa part, Mohamed Karimine a participé aux travaux de la commission de l’éducation, de la communication et des affaires culturelles, dont les travaux ont été axés sur l’examen des questions de l’éducation à la citoyenneté et la lutte contre l’extrémisme.
De son côté, Mouh Rajdali a pris part à la réunion de la commission de la coopération et du développement qui a mis la lumière sur les questions de l’agriculture et les changements climatiques, ainsi que sur l’impact de l’émigration sur les systèmes de santé dans le monde francophone.
Mohamed Touimi Benjelloun a, quant à lui, représenté la délégation à la réunion de la commission des affaires parlementaires, qui a débattu des questions du bipartisme, des instances chargées de la protection des données personnelles, des règles éthiques des Parlements, ainsi que d’un rapport sur la question des  "enfants sans identité".

Libé
Mercredi 12 Juillet 2017

Lu 1228 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs