Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec Abdellatif Jati, directeur du Centre des travaux agricoles : «Les agriculteurs tafraoutis sont peu organisés»




Entretien avec Abdellatif Jati, directeur du Centre des travaux agricoles : «Les agriculteurs tafraoutis sont peu organisés»
Libération : Quelles sont les dispositions prises par votre Centre afin d'encourager les céréaliculteurs de Tafraout à reprendre le labourage de leurs champs?

Abdellatif Jati : D'abord nous commençons, au début de chaque campagne agricole à prendre contact avec les fellahs de la région, dans le but de les sensibiliser aux mesures techniques qu'il faut suivre pour avoir un rendement meilleur. Depuis le début de l'année agricole en cours, nous avons déjà  mené une bonne vingtaine de sorties. Nous mettons aussi  à la disposition des agriculteurs toute l'information portant sur les dispositions prises par notre département afin d'encourager les fellahs à labourer leurs terres et investir davantage dans l'agriculture. Nous les renseignons, à titre d'exemple sur les semences sélectionnés que propose le ministère et leur prix subventionné  ; les avantages de leur utilisation  pour avoir une production et un rendement optimaux ; nous  incitons aussi les fellahs à s'organiser en coopératives agricoles pour tirer profit des encouragements pécuniaires proposés par l'Etat en cas d'achat par exemple de matériels agricoles comme les tracteurs ou les moissonneuses batteuses…etc. ; nous  leur expliquons  les démarches requises désormais très facilitées par le ministère pour bénéficier de ces avantages. Je signale que cette année les semences sélectionnés pour la culture de l'orge sont proposés à un prix de 341 DH/Q, qui est très bénéfique pour les utilisateurs. Quant à l'acquisition des machines agricoles, les contributions financières  peuvent aller jusqu'à 60%. Ce qui veut dire que le fellah qui décide de s'équiper d'un tracteur, à titre indicatif, se verra rembourser un peu plus que la moitié du prix d'achat de son engin par l'Etat.

En ce qui concerne les charges très lourdes dont se plaignent ces fellahs, que leur suggérez-vous pour surmonter cette difficulté?

C'est vrai que ce problème existe et est très rebutant pour l'ensemble des fellahs de la région. La maîtrise des coûts afférents aux différentes opérations de la production  ne peut se réaliser tant que les fellahs ne sont pas organisés en structures associatives. Lesquelles entités peuvent prétendre aux subventions de l'Etat dans le cadre de sa politique agricole. Outre les avantages sus-cités, les fellahs gagneront à être organisés  en coopératives, au niveau aussi de la quantité de production. Surtout que l'Etat a mis en place des primes de stockage des produits céréaliers par les coopératives  pour se constituer ainsi une réserve stratégique des produits agricoles. Donc, la réduction des coûts est nécessaire. Mais malheureusement, nous constatons que  les agriculteurs de la région sont très peu organisés. Sachant que le nombre de coopératives existantes se limite à une dizaine. On comprend ainsi le peu de mécanisation des moyens de production. Surtout que le parc de machines agricoles (tracteurs-moissonneuse-batteuses)  local ne dépasse pas 8 engins.
Le Plan Maroc Vert prend en charge le développement de la filière amandiers dans la région de Tafraout tout en omettant la céréaliculture ; pourtant pour avoir une bonne récolte de ce fruit, il est conseillé aux paysans de labourer les terres plantées d'amandiers...
Le Plan Vert ne prend pas en charge la filière des amandiers au détriment de la culture de l'orge. Cette dernière est soutenue par l'Etat à travers les mesures déjà citées. Et, personnellement, je pense que cette intervention à travers ce plan en faveur des amandiers va, au contraire, inciter les fellahs à la culture de leurs terres. Ces derniers savent tous qu'en arboriculture en bour, «un binage vaut deux arrosage», comme on dit.

Quelle est la culture alternative qui peut se substituer à celle de l'orge tout en étant rentable pour les fellahs de la région?

Vous savez, dans la région de Tafraout, l'arboriculture reste l'une des activités agricoles qui peuvent prendre et donner des productions souhaitées. Et en premier lieu l'amandier. La région dispose d'un espace planté  d'amandiers estimé à 4000 hectares. Celui-ci compte à nos jours plus de 600.000 arbres. C'est un patrimoine agricole important. Le Plan Maroc Vert en est conscient et est très ambitieux pour faire fructifier cette culture. Il projette d'étendre l'amanderaie et de booster la production par arbre pour atteindre 0,8 à 1kg, au lieu de 0,3 kg actuellement. Pour cela, ce projet compte s'attaquer en premier lieu à la problématique de la rareté de l'eau en commençant d'abord par la mobilisation des ressources en eau, par la réalisation de plus de 25 forages et la construction de trois barrages collinaires dans la région. Le plan accompagnera l'agriculteur jusqu'à la mise en valeur du produit et sa commercialisation, en passant par l'accompagnement technique au niveau de la plantation et l'irrigation. D'autre part, je pense aussi que l'oléiculture, déjà ancrée dans la région, peut aussi constituer une deuxième culture de substitution, après l'amandier. Il faut la faire bénéficier d'un plan de promotion similaire à celui de l'amandier, afin de réhabiliter les vastes superficies plantées de cet arbre déjà existantes et faire en sorte d'améliorer la productivité par des mesures incitatives.

ENTRETIEN REALISE PAR IDRISS OUCHAGOUR
Vendredi 22 Janvier 2010

Lu 843 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs