Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Enquête contre Gorbatchev sur l’éclatement de l’URSS

Kiev offre l'amnistie aux séparatistes pour sortir de la crise




Enquête contre Gorbatchev sur l’éclatement de l’URSS
Un groupe de députés russes a demandé jeudi l'ouverture d'une enquête judiciaire contre l'ex-président soviétique Mikhaïl Gorbatchev pour l'éclatement en 1991 de l'URSS et la responsabilité qui en découle selon eux dans la crise actuelle en Ukraine.
"Tous les morts à Kiev sont sur la conscience de ceux qui étaient au Kremlin en 1991 et qui ont (...) fait éclater ce grand pays", a déclaré à la radio Echo de Moscou le député nationaliste Mikhaïl Degtiarev, faisant allusion à la centaine de personnes tuées par balles dans la répression de la contestation qui a mené à la chute du président pro-russe Viktor Ianoukovitch en février.
 M. Degtiarev a signé cette requête parlementaire adressée à la justice avec deux élus du parti pro-Kremlin Russie Unie et deux du Parti communiste.
 Mikhaïl Gorbatchev, 84 ans, "est un vieillard, personne ne le mettra derrière les barreaux, mais sans ce jugement nous ne pourrons avancer ni en tant que pays, ni en tant que nation", a ajouté le député.
Mikhaïl Gorbatchev a réagi en renvoyant la responsabilité de la chute de l'URSS sur les députés du Parlement soviétique qui avaient entériné la dissolution de l'Union soviétique prononcée contre son avis par Boris Eltsine, le président russe, et ses homologues ukrainien et bélarusse de l'époque.
Le gouvernement ukrainien pro-européen a promis jeudi une amnistie aux séparatistes pro-russes retranchés dans l'est de l'Ukraine s'ils déposent les armes, tentative de sortir d'un face-à-face tendu qui a plongé les relations Est-Ouest dans leur pire crise depuis la Guerre froide.
 Les protestataires, qui tiennent depuis dimanche le bâtiment des services de sécurité (SBU) à Lougansk et de l'administration régionale à Donetsk, réclament l'organisation de référendums sur l'autonomie régionale ou le rattachement pur et simple à la Russie, qui a massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière, faisant craindre une invasion.
 Les ministre de l'Intérieur ukrainien, Arsen Avakov, avait menacé mercredi de l'emploi de la force les séparatistes qui refuseraient le dialogue et une "solution politique", lançant un ultimatum voilé de 48 heures.
 Jeudi matin, M. Tourtchinov leur a tendu la main, promettant que "si les gens déposent les armes et libèrent les bâtiments administratifs, (...) nous garantissons qu'il n'y aura aucune poursuite".
 Il a précisé avoir lui-même parlé par téléphone avec des représentants des insurgés de Lougansk et leur avoir proposé des "compromis" dont la création d'une commission comprenant des représentants ukrainiens et étrangers pour étudier les points de conflits. 

AFP
Vendredi 11 Avril 2014

Lu 818 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs