Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En plein baccalauréat Hajar sommée de quitter la France




En plein baccalauréat Hajar sommée de quitter la France
Comment peut-on passer son bac dans un pays dont les autorités nous somment de le quitter juste après ? C’est le cas de la jeune Marocaine Hajar, 19 ans, dont le cas est loin d’être isolé. Chaque année, c’est la même histoire. Et c’est devenu même systématique …  
De quoi s’agit-il ? Alors qu’elle s’apprêtait à passer son bac au lycée Racine de Paris, Hajar a été saisie par courrier officiel émanant des autorités françaises, l’invitant à quitter le territoire dans les trente jours suivants! Une expulsion pure et dure d’une élève qui entendait passer en premier son examen. Chose vraiment difficile : “Je pense l’avoir totalement raté, j’étais très perturbée”, avait-elle déclaré à l’agence Reuters. Un recours en justice s’imposait. Avec son avocate, Hajar, fille d’un Marocain établi en France depuis 1962, essaye de convaincre les autorités françaises qu’elle pourrait continuer ses études et qu’elle ne constitue aucun danger, invoquant les témoignages de ses profs et son avenir prometteur. D’ailleurs, elle vient d’être acceptée à Medisup pour y préparer les concours de médecine. 
Dans son lycée, une mobilisation générale a été déclenchée. Ses professeurs, son CPE et ses collègues ont tous lancé une pétition contre son expulsion. Sur une page facebook créée dans ce sens, on peut lire : “Après Leonarda et Khatchik, c’est Hajar qui se trouve dans la même situation”. La loi française protège les mineurs jusqu’à l’âge de 18 ans, après quoi ils sont sommés de quitter le territoire.  Aujourd’hui jeudi, Hajar et son avocate se présenteront devant les juges dans une nouvelle audience. Elles veulent éviter le pire et obtenir une suspension de la décision du 12 juin ainsi qu’une carte de séjour temporaire d’une validité d’un an, renouvelable. 
Si ce n’est pas trop demander à la France des droits de l’Homme.
 
 

M.E
Jeudi 26 Juin 2014

Lu 1204 fois


1.Posté par malika le 26/06/2014 12:18
Voilà un cas juridique qui devrait prochainement faire jurisprudence. Une femme voilée marocaine qui refusait d’enlever son voile avait été licenciée de la crèche où elle officiait en tant que directrice adjointe, vient de voir ses multiples recours devant la justice ne faire rien d’autre que légitimer son licenciement.

En effet, selon Le Monde : « l’assemblée plénière de la Cour de cassation a mis, mercredi 25 juin, un point final à quatre ans de procédure, et déjugé un arrêt de sa propre chambre sociale de 2013. Le licenciement de Fatima Afif, directrice adjointe de la crèche, était bel et bien justifié, pour avoir refusé d’enlever son voile ». Fatima Afif travaillait à la crèche Baby-Loup, dans le département des Yvelines, et plus précisément à Chanteloup-les-Vignes.
On pourrait croire que ce n’est qu’au sein des établissements scolaires que pareil licenciement pourrait avoir lieu, mais le verdict final de la Cour de Cassation s’est basé sur le code du travail qui spécifie qu’une entreprise privée (ou une association comme il est le cas de la crèche), a le droit de restreindre la liberté du salarié de dévoiler ses convictions religieuses. Deux conditions doivent par contre être réunies, selon Le Monde : Cette restriction doit être en accord avec « la nature de la tâche à accomplir » et elle doit être « proportionnée au but recherché ».Et dans le cas de la crèche ?
D’après le même média : « Baby-Loup avait adopté un règlement intérieur, qui précisait que « le principe de la liberté de conscience et de religion de chacun des membres du personnel ne peut faire obstacle au respect des principes de laïcité et de neutralité qui s’appliquent dans l’exercice de l’ensemble des activités ».
En outre, toujours dans cette même affaire, les tribunaux français (la Cour de cassation et la Cour d’appel), avait déduit que cette restriction sous laquelle était tombée la Marocaine sous peine de licenciement, ne présentait pas « un caractère général mais était suffisamment précise, justifiée par la nature des tâches accomplies, et proportionnée au but recherché ».
Le Monde écrit à ce sujet : « Baby-Loup était une petite structure de 18 salariés, en relation directe avec les enfants et leurs parents ». Donc, même si ni le média ni les tribunaux « n’osent » le dire, on peut conclure de ses propos que le voile « dérange » les parents car il pourrait influencer les enfants. Le but recherché étant d’éviter cela…
« Il n’en résulte pas pour autant, insiste la Cour, que le principe de laïcité est applicable aux salariés des employeurs de droit privé qui ne gèrent pas un service public ».En résumé
En résumé, ça a commencé avec une crèche et les tribunaux pourront statuer à chaque nouveau cas de licenciement de femmes qui refusent d’ôter leur voile. Si une entreprise (même privée, tel que le stipule le code du travail) peut prouver que le voile dérange, et que la personne qui le porte ne devrait pas le porter pour effectuer un travail précis, alors la question ne se poserait même pas : le licenciement serait approuvé par les tribunaux.
_________________________________________
Ces articles peuvent vous intéresser

2.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 26/06/2014 17:23
A M. François Hollande et ses pairs ...
A Hajar....


A quoi servent ? A quoi servent les ambassades, les Partis de Gauche comme les 30 nôtres de Droite, les milliers d'associations, les simples hommes de culture francophone, les Français installés ou travaillant au Maroc, s'ils ne dénigrent pas rapidement ce méfait et qu’ils ne l’invectivent ? Ou, s’ils taisent encore leurs dégoûts face aux lois xénophobes et leurs tournures racistes de la part de notre si aimable et si douce France ? Comme si c’était naturel de sa part. Qui a parlé de vieille métropole, pudibonde, revêche et sadique ?
Sérieusement, quoique vivant en France, il ya des jeunes qui ignorent les lois françaises…Et la France, contrite par ses extrémistes, purs et durs, ignore plus les lois de hospitalité et celles de l’humanitaire ‘’ civil ‘’ ! « France, France répond à mes tristes colères ! Mais nul sinon Echo, ne répond à ma voix… »…
Célèbres pour notre complaisant bon dos, nous sommes devenus trop susceptibles ou que l’on nous cherche clairement ! Pourvu que l’on emmerde le Maroc, à partir de l’exigu Hexagone, et les facilités vous tombent du ciel…Ainsi va la fraternité socialiste ! Ainsi sont les échanges de bons procédés !
Sauf, que nous ne sommes pas les seuls honnis de France !
Il y a de quoi réveiller le François de Hollande, un homme si naturel et sympa, pour craindre que les Français de souche ne lui crient "Barra, dehors le Hollandais '' et qu’ils le dévissent de son fauteuil. Tous les étrangers sont menacés en fait, depuis la conquête de la Gaule ! Européens et autres envahisseurs du proche Orient ou de trans Méditerranée ! Quels que soient leurs mélanges de gènes ou de germes !
Seulement, il y en a marre d'humilier le Maroc à travers les traitements malsains et provocateurs réservés aux siens !
http://www.libe.ma/En-plein-baccalaureat-Hajar-sommee-de-quitter-la-France_a51638.html

Dr Idrissi My Ahmed, 112 , ave Diouri Kénitra, 0537376330. Maroc.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs