Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Elections locales au Sénégal dimanche

Un test grandeur nature pour Macky Sall avant les présidentielles dans trois ans




Elections locales au Sénégal dimanche
Les Sénégalais vont voter dimanche à des élections locales, un scrutin test pour le président Macky Sall plus de deux ans après son arrivée au pouvoir, alors que la coalition qui le soutenait a volé en éclats. La campagne s’est achevée de deux semaines, sans relief, s'achève vendredi et a été marquée par quelques incidents entre militants rivaux qui ont fait des blessés.
Plus de 5,3 millions d'électeurs sont appelés à voter à ces élections pour lesquelles se présentent plus de 2.700 listes de partis ou de simples citoyens, contre 1.600 aux dernières locales de 2009. Le scrutin est destiné à élire les conseillers municipaux et départementaux dans 602 collectivités locales qui éliront à leur tour les maires et les présidents de départements.
Les collectivités locales gèrent notamment le domaine foncier, les ressources naturelles, l'éducation, la jeunesse et la culture. La majorité de ces collectivités avaient été remportées en 2009 par le Parti socialiste (PS), qui a dirigé le Sénégal de 1960 à 2000, et par l'Alliance des forces de progrès (AFP), deux partis de la coalition du président Sall. Le scrutin, à trois ans de la présidentielle de 2017, est un test pour l'Alliance pour la République (APR), le parti du chef de l'Etat créé fin 2008, qui, aux dernières locales, n'avait gagné que quelques communes.
L'APR, divisée, veut renforcer ses bases. Elle a été accusée de "boulimie" par ses alliés, toujours présents dans le gouvernement, mais avec lesquels elle n'a pas réussi à s'entendre partout dans la confection de listes. Dans plusieurs circonscriptions, elle fait bande à part, dans d'autres, des responsables du parti présidentiel ou de la coalition au pouvoir ont noué des alliances avec l'opposition ou la société civile.
L'enjeu est pourtant de taille pour le parti présidentiel, car les Sénégalais "auront à trancher une question" lors de ces élections, "comment jugent-ils les deux premières années de Macky Sall et de la majorité", écrit ainsi l'hebdomadaire Le Nouvel Horizon.
Sentiment partagé par l'ex-président Abdoulaye Wade, 87 ans, chef du Parti démocratique sénégalais (PDS) qui sillonne le pays pour soutenir ses candidats. "Ces élections sont un référendum pour ou contre Macky Sall", dit-il. Il est rentré au Sénégal fin avril après deux ans passés en France, pour obtenir la libération de son fils et ancien ministre Karim Wade, en détention préventive depuis plus d'un an, qui doit être jugé à partir du 31 juillet pour "enrichissement illicite". 

AFP
Samedi 28 Juin 2014

Lu 383 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs