Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

El Khalfi présente un amendement pour interdire la publicité des jeux

Coup de force des islamistes et refus des alliés de la majorité




El Khalfi présente un amendement  pour interdire la publicité des jeux
L’affaire des cahiers des charges est de retour. Presque sans prévenir et à l’insu des alliés de la majorité, le ministre islamiste de la Communication, Mostafa El Khalfi, est revenu à la charge et soumet  l’interdiction de la publicité concernant les jeux aussi bien dans les médias audiovisuels que dans  les journaux à travers le projet de loi n°83.13 complétant la loi n°77.03 relative à la communication audiovisuelle.  Cet amendement   qui avait soulevé une vive polémique et nécessité un arbitrage Royal en début de mandat du gouvernement Benkirane sera soumis au vote ce mercredi 22 octobre devant la  la commission  de l’enseignement de la culture et de la communication  de la Chambre des représentants. «Les islamistes du gouvernement reviennent à la charge idéologique. Ils veulent faire passer cet amendement à la sauvette, sans que personne ne s’en rende compte pour éviter toute opposition ou débat. L’interdiction de la publicité relative aux jeux est au cœur de l’idéologie du PJD.  Ils sont en train de poser lentement mais sûrement les jalons de leur projet de société fondé sur le religieux. Il ne faut pas s’y méprendre, cet amendement de la loi sur la communication audiovisuelle procède de cette réforme de la société que les islamistes au pouvoir entendent imposer », soutient ce ténor de l’Union socialiste des forces populaires.
Selon l’agenda des réunions des commissions parlementaires de la Chambre des représentants, le vote du projet de loi 83-13 complétant la loi relative à la communication audiovisuelle est programmé ce mercredi 22 octobre à 15 heures.  Et ce week-end, les partenaires ont déjà fait savoir leurs profondes divergences sur la question de l’interdiction des jeux dans les médias.
Au-delà de la vision idéologico-religieuse des islamistes du gouvernement, l’adoption d’un tel amendement aura pour conséquence directe la mort assurée de la Marocaine des jeux et du Fonds national  de développement du sport. « Ce sont la communication et la publicité qui permettent le développement de notre activité et partant le financement du sport national. A cela il convient d’ajouter que le rôle que nous a confié l'Etat marocain est de lutter contre le jeu clandestin en canalisant les joueurs vers un secteur légal et responsable.
Si nous disparaissons des médias, nous n'allons plus canaliser les joueurs vers une offre légale et ils se tourneront vers les jeux clandestins qui sont extrêmement addictifs, créant ainsi un grave problème de santé publique », explique une source proche de la Marocaine des jeux.
Mohamed Ouzzine, le ministre de la Jeunesse et des Sports, est directement visé par l’interdiction de la publicité  des jeux dans les médias. Le Fonds national de développement du sport est le bras financier du département auquel préside ce ministre haraki. «La politique de développement des sports passe par un tel fonds. La disparition de la publicité relative aux jeux conduirait inévitablement à la disparition de ce fonds et donc à toute stratégie de développement du secteur du sport », commente ce proche collaborateur de Mohamed Ouzzine. Il y a fort à parier que le ministre de la Jeunesse et des Sports ne laissera pas faire. D’autant qu’il devra  présenter un bilan à la fin de cette mandature.
Au PPS, la consigne est formelle : les députés ne voteront pas en faveur de cet amendement.  « Il ne faut pas oublier que le secrétaire général du PPS, Nabil Benabdallah, s’est occupé du dossier des cahiers des charges après que Mostafa El Khalfi a été invité à revoir sa copie », rappelle ce député du parti fondé par Ali Yata.
Du côté du Rassemblement national des indépendants, le nouveau partenaire de la majorité, c’est le même refus de l’amendement des islamistes qui est affiché. Salaheddine Mezouar  a été tenu informé samedi 18 octobre du projet de coup de force du ministre PJD El Khalfi. Très vite, la décision a été prise : pas question pour les troupes de Mezouar de laisser faire ce nouveau coup de force.
Alors que les islamistes au pouvoir entendent creuser le sillon du projet de société qui est le leur, une nouvelle fissure  de la majorité fait son apparition. La coalition gouvernementale affiche ses désaccords au grand jour. Et en cette année résolument électorale, cela ne fait que commencer.

Narjis Rerhaye
Lundi 20 Octobre 2014

Lu 1184 fois


1.Posté par youssef serrar le 20/10/2014 12:52
en effet interdire la promotion d'une manne considerables de moyens pour le développement des sports au maroc c'est de la pire inistiative sportive:::mais il semble que la marocaine des jeux a connu des exactions grâves durant plusieurs décennies :::faute de controle de la gestion de ses recettes::::est il possible de nous éclaircir cette gestion frauduleuse de par le passé::: et :quelles furent les sanctions s'ils y ont lieu:::et qu'en est il de marche actuelle????

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs