Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

El Jadida: Ruée vers les constructions anarchiques




El Jadida: Ruée vers les constructions anarchiques
Depuis quelques semaines, les prix des matériaux de construction dans la ville d'El Jadida et les villages avoisinants, ne cessent d'augmenter d'une façon incompréhensible. Alors que le prix du ciment  reste inchangé, celui de l'agglo de 15 (qualité moyenne, voire inférieure) est passé de 3 à 8 DH et celui de l'agglo de 20 est passé de 4,50 DH à 12,00 DH.
En outre, la main-d'œuvre  se fait de plus en plus  rare. L'apprenti maçon revient à  pas moins de 170 DH  la journée. Quant aux maçons professionnels, ils ont déserté les chantiers où ils travaillaient à la journée laissant les entrepreneurs dans l'embarras.
Pour comprendre les causes de cette situation, il faut remonter dans le temps et l'espace. Au début du mois de décembre, à  Douar Lamnadla situé près de Sidi Bouzid, dans la commune rurale de Moulay Abdellah, le chef du cercle  accompagné de ses collaborateurs et forces de l'ordre suivis  d'une pelleteuse sont intervenus pour démolir quelque 300 maisons anarchiques construites clandestinement. Cette  visite  non  souhaitée a déclenché l'ire des habitants qui   s'y attendaient apparemment.  Ils sont donc entrés en confrontation avec les forces de l'ordre  qui ont préféré se retirer après avoir subi d'importants dommages et enregistré quelques blessés parmi eux.
Résultat : la voiture du chef de cercle a été incendiée sans qu'aucune construction ne soit démolie.
L'un de ces habitants nous a déclaré à ce propos : « En 2002, ils ont démoli nos maisons et nous ont promis des solutions. En 2006,  l'Agence urbaine d'El Jadida a annoncé que notre  douar allait initier un programme de relogement dans le cadre de « villes sans bidonvilles » et  que  les études relatives aux infrastructures de base  étaient en cours de réalisation. Depuis cette date rien n'a été fait, nous n'avons reçu que des promesses sans suite ».
L'histoire de Lamnadla s'est  propagée  comme un feu de  paille  et  a incité  les autres douars à construire sans crainte des autorités dont l'échec a été patent à Lamnadla.  
C'est ainsi que des dizaines  de douars de la commune de Moulay Abdellah et de Haouzia se sont livrés à une course contre la montre pour achever la construction de leurs logements et imposer le fait accompli, et ce dans l'anarchie la plus totale et sans  respect aucun des normes de construction et d'urbanisme. D'autres ont même commencé à bâtir des projets commerciaux  (cafés, salle de jeux, etc.) sans aucun respect pour les voies cyclables, ni pour les monuments historiques, comme à Moulay Abdellah où les constructions anarchiques jouxtent la muraille de l'ancienne ville Tit.
Le chaos est total. Les constructions se déroulement en plein jour, les marchands de matériaux de construction ont même élu domicile près de ces chantiers qui n'ont de clandestins que le nom.
Des quartiers entiers sont en train de pousser comme des champignons. Ils  poseront certainement problème dans l'avenir. Dans l'attente, les autorités observent un silence complice et se contentent de jouir du spectacle en première loge.           

Abdelilah Nadini
Jeudi 29 Décembre 2011

Lu 1151 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs