Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

El Jadida : La guerre des gangs à Ouled Frej




Had Ouled Frej, un village à une cinquante de kilomètres d’El-Jadida, sur la route de Settat a été le théâtre d’un double crime la veille du souk hebdomadaire qui connaît une activité commerciale intense.
En effet, plusieurs tribus avoisinantes affluent le jour du souk dès le samedi soir pour vendre des produits agricoles et acheter ce dont elles ont besoin, ce qui lui confère le second rang à Doukkala après Sidi Bennour.
En plein souk dimanche dernier, tôt le matin, un malfrat, avec plusieurs crimes à son actif, venait juste de purger une peine de prison. Muni de certificats médicaux d’aliéné, il fait chanter les commerçants dont la plupart sont de passage bien qu’ils reviennent chaque semaine.
L’escroc tente de leur subtiliser un bakchich substantiel s’ils veulent mener la journée en douceur, sinon ils risquent d’avoir des problèmes. Avec son passé criminel, personne ne peut s’y opposer. Ainsi ses payeurs bénéficient de sa protection contre d’autres gangsters.
Selon les Farjis, cette pratique est devenue courante et personne ne s’en plaint et elle se déroule chaque semaine. Et si ce n’est pas avec la bénédiction des autorités, tout au moins elles ferment les yeux quoique leur neutralité passive suscite des questions.
Cherchant à se faire de la clientèle,  un autre malfrat dont la rançon est peu élevée, a débarqué au souk pour évincer son prédécesseur  et récolter un butin de cinq mille dirhams tout seul.
Il est surpris par le patron des lieux  en train d’empiéter sur un terrain qui n’est pas le sien, ce qui est considéré comme une offense, une atteinte à la propriété d’autrui dans le code mafieux. La querelle a immédiatement éclaté entre les deux malfrats à coups de matraque et couteau.
Le plus chanceux des deux est resté en vie et a réussi à chasser l’intrus, pour aller pour longtemps derrière les barreaux. Quant à l’autre, mort suite à un coup fatal sur la tête, a été transporté à la morgue d’El Jadida.
Une troisième personne qui est intervenue pour tenter de raisonner les deux malfrats, a été grièvement blessé et se trouve à l’hôpital Mohammed V.
Selon les Farjis, la disparition du mafioso laissera la place libre à un autre. Et ils se rappellent avec regret l’époque de l’adjudant Abdellah qui a remis de l’ordre dans le village, malheureusement il a été rapidement muté.

Nadini Abdelilah
Mercredi 17 Juin 2009

Lu 1404 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs