Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Du balai ! Après Taza, Safi vomit Benkirane




Une campagne électorale mouvementée pour Benkirane . Partout où il passe  pour soutenir les candidats de son parti, il est pris à partie par des citoyens en colère contre sa politique antisociale.
La campagne qu’il mène  dans le cadre des élections locales et régionales du 4 septembre n’a donc pas été  de tout repos.
Successivement et à deux reprises, sa seule présence a failli créer l’émeute tant les gens ne le portent pas dans leur cœur.  Particulièrement à Taza et à Safi.
Dans cette ancienne  capitale mondiale de la sardine, devenue le lieu de prédilection de l’industrie phosphatière, le patron du PJD s’est fait vertement tancé par des électeurs venus en masse lui dire tout le mal qu’ils pensent des mesures qu’il a prises depuis son investiture et qui n’ont eu d’impact réel que sur le coût de la vie qu’elles ont fait hisser à des niveaux jamais atteints auparavant.   
«Tu n’as rien foutu, dégage » fut l’un des premiers slogans que les Safiots ont jetés à la figure d’un Benkirane qui ne savait plus où se mettre.  Ce ne fut là qu’une entrée en la matière.  Plus le temps passait, et plus la foule  se déchaînait. Elle ne voulait en aucun cas  le laisser discourir ni écouter ses divagations. « Pjdistes, voleurs, Pjdistes,voleurs, Pjdistes, voleurs! »  à l’unisson. Tout le monde criait à tue-tête, échaudé par l’allocution prononcée par la tête de liste du parti de La Lampe, truffée d’insultes et émaillée de propos diffamatoires à l’encontre de tous ceux qui ne partageraient pas la bonne parole prônée par les islamistes. Benkirane dut donc battre en retraite sur les chapeaux de roues  et dans un désordre indescriptible, ratant de peu un enfant qu’il a failli heurter avec sa voiture filant  à tombeau ouvert.
Une réédition en fait de ce qui est advenu à Taza. En effet, lors d’un meeting organisé dans cette ville, le chef du gouvernement a été fortement hué par des jeunes qui ont décidé de prendre part à ce rassemblement pour crier haut et fort leur mécontentement  envers sa politique de marginalisation et d’exclusion dont souffre la ville et toute la région.  Un passage donc des plus agités.  C’est ainsi que l’on peut qualifier ce passage qui a été émaillé de nombreux incidents.  Des dizaines de jeunes ont scandé «dégage!» devant Benkirane, le contraignant à plusieurs reprises à interrompre son allocution. Nullement découragé par les cris de protestation  et les slogans scandés par la grande foule, Benkirane fait dans la riposte n’hésitant pas à les qualifier de « Baltajia» leur signifiant qu’ils sont  à la solde des partis adverses  et agissent sur ordre.
Par ces propos qui  n’ont pas été du goût des jeunes, Benkirane n’a fait que jeter  de l’huile sur le feu faisant attiser la contestation.  Le meeting a failli donc connaître  une tournure inquiétante et s’achever avant terme.
Alors que le chef du gouvernement  s’apprêtait à se diriger vers sa voiture et quitter les lieux, il a été encerclé par des individus en colère et n’a dû son salut qu’à l’intervention urgente de l’équipe des gardes du corps mise à sa disposition.
 

Larbi Bouhamida
Samedi 29 Août 2015

Lu 1704 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs