Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar tire à boulets rouges sur Benkirane




Driss Lachguar tire à boulets rouges sur Benkirane
Le Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Driss Lachguar, a tiré à boulets rouges sur le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, qui a  traité les députés lors de la séance mensuelle d’interpellation à la Chambre des représentants d’idiots et de voyous.
Lors d’une rencontre avec les étudiants organisée jeudi à l’Ecole de gouvernance et d’économie de Rabat,  Driss Lachguar a imputé au chef du gouvernement la responsabilité de lever la séance mensuelle, affirmant que Benkirane ne veut pas un Parlement qui assume ses responsabilités au niveau du contrôle et de la législation. « Il savait que les questions de l’opposition allaient le désarçonner. C’est pour cette raison qu’il a tout chambardé après avoir été acculé par les questions sur l’endettement. Il a rouspété en levant ses mains comme le faisait Kadhafi ». 
A noter que les partis de l’opposition à la Chambre des représentants ont interpellé mardi dernier le chef du gouvernement sur la question de la dette publique et les menaces sur la souveraineté du Maroc assujettie au diktat des institutions financières internationales.
Le dirigeant ittihadi a défendu le mémorandum que les partis de l’opposition (l’USFP, le PAM, l’UC et le PI) avaient adressé au début du mois d’avril à S.M le Roi Mohammed VI et dans lequel ils sollicitent l’arbitrage Royal à la suite des déclarations en contradiction avec la Constitution émanant du chef du gouvernement. Averti par les conseillers du Roi, le chef du gouvernement avait, selon Driss Lachguar, cessé de parler le langage des crocodiles, mais il a récidivé mardi dernier en insultant les députés de l’opposition. Il a affirmé que si l’opposition n’avait pas riposté, Benkirane aurait forcé la dose pour fuir le contrôle parlementaire.
Driss Lachguar a expliqué aux étudiants de cette école que le chef du gouvernement a l’outrecuidance de faire prendre le diable pour un ange. «Vous vous rappelez le discours de Benkirane à propos de Mezouar quand le RNI était dans l’opposition? Aujourd’hui vous voyez comme il le flatte et chante les louanges de son parti. Vous vous rappelez également comment ils ont protesté contre une rencontre de l’Internationale socialiste à Casablanca car un député arabe du Parti travailliste israélien y était présent, alors que quand Shimon Peres est invité au Maroc, nous avons refusé d’exploiter politiquement cette visite », a martelé le Premier secrétaire de l’USFP.
 

T.M
Samedi 2 Mai 2015

Lu 1158 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs