Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar dénonce le lexique du chef du gouvernement et l’affront fait aux parlementaires

6000 questions écrites de l’USFP restées sans réponse, une proposition de loi socialiste détournée par le gouvernement et une coordination de l’opposition encore plus forte




Driss Lachguar dénonce le lexique du chef du  gouvernement et l’affront fait aux parlementaires
«Le chef du gouvernement  a gâché un instant démocratique fort. Il ne réalise toujours pas que nous sommes dans une ère nouvelle où l’institution législative mérite respect». Au lendemain du bilan à mi-mandat de l’action gouvernementale, de la réplique des groupes parlementaires et de la réponse finale d’Abdelilah Benkirane, le Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires a choisi de partager avec la presse et l’opinion publique sa perception de ceux et celles aux commandes du pouvoir. Ce vendredi 25 juillet,  celui qui est aussi président du Groupe parlementaire socialiste de la Chambre basse a accueilli les journalistes pour un exercice de communication devenue une tradition. «Ma dernière conférence de presse remonte à il y a à peine trois mois», a-t-il fait remarquer.
  La trêve estivale a déjà commencé pour les parlementaires mais pas question pour Driss Lachgar de ne pas commenter ces dernières semaines foisonnantes sur le volet politique.  Il est regrettable, explique-t-il, que le chef du gouvernement ait dénaturé un débat d’importance, celui relatif à son bilan après deux et demi aux commandes du pouvoir. «M. Benkirane a puisé son lexique dans le café de commerce ou dans les discussions entre amis.  Il a choisi la polémique la plus primaire, utilisant un vocabulaire qui est loin de contribuer au respect et à la crédibilité du Parlement. On comprend dès lors pourquoi seulement 5% des Marocains ont suivi sa prestation à la télévision».
Benkirane a choisi de minimiser à l’excès l’action de l’opposition. En guise de réponse, les députés socialistes brandissent des chiffres. Et ils sont éloquents. En cette dernière session de la Chambre des représentants, le Groupe parlementaire ittihadi a adressé 7000 questions écrites au gouvernement, passant de la 6ème à la première place. « Nous nous sommes mobilisés. Nous avons décortiqué les rapports et les discours de ministres pour rédiger des questions interpellant sur les engagements de l’Exécutif. 6000 de nos questions sont restées sans réponse alors que constitutionnellement le gouvernement dispose d’un délai de 20 jours pour nous répondre. Cette mobilisation des parlementaires de l’USFP vient notamment du fait que nous avons remarqué que le PJD, premier parti de la majorité, occupait la première place en ce qui concerne les questions écrites. Autrement dit, le PJD conduit le gouvernement et le contrôle. Ce qui est une totale aberration ! », s’exclame le premier des Ittihadis.
 
Un scandale législatif 
évité de justesse
Sous le gouvernement Benkirane, les aberrations se suivent, les unes plus kafkaïennes que les autres. Driss Lachgar est longuement revenu sur le projet de loi organique relatif aux nominations aux hautes fonctions. « Nous sommes à l’origine du gel de ce projet de loi adopté en Conseils de gouvernement et de ministres et qui allait être soumis au vote en commission. Nous avions découvert que le texte était truffé d’erreurs comme des nominations qui ne sont pas prévues par le texte. Un scandale législatif a été évité de justesse grâce à notre vigilance » a fait savoir celui qui préside aux destinées du parti de la Rose. 
Autre loi, autre scandale, la proposition de loi des socialistes marocains relative à la création d’une instance de lutte contre la dépravation (fassad) déposée il y a deux ans et littéralement détournée par le gouvernement en place. « Qu’elle ne fut notre surprise de voir notre proposition se transformer en projet de loi du gouvernement sans autre forme de procès. L’Exécutif s’est approprié notre proposition de loi faisant fi de toute honnêteté intellectuelle et d’éthique politique », déclare D. Lachgar en dénonçant ce qui ressemble fortement à un rapt de loi.
Actionner les commissions d’enquête parlementaire
En lieu et place d’une polémique stérile échappée d’une halqa –l’apanage du chef du gouvernement et de ses troupes- le Groupe parlementaire de l’Union socialiste des forces populaires préfère laisser parler ses actions. «Les parlementaires de l’USFP ont soulevé des débats de fond s’inscrivant dans le cadre du projet de société démocratique et moderne que nous défendons. La mainmise sur les médias audiovisuels publics, c’est nous, la place des femmes que Benkirane traite de lustres dans la société, c’est encore nous, la détermination de l’agenda électoral, c’est toujours nous », a rappelé celui qui est également député de Rabat avant de préciser que l’USFP et ses alliés de l’Istiqlal viennent de proposer une nouvelle proposition de loi relative à la création d’une instance en charge de l’organisation des élections.
La page du bilan  gouvernemental à mi-parcours tournée, l’action politique continue de plus belle. L’opposition a de l’ouvrage sur le métier. En plus des alliés historiques istiqlaliens, la coordination avec le PAM et l’UC compte bien se poursuivre. La rentrée parlementaire et politique s’annonce chaude. « Il est temps aussi d’actionner des commissions d’enquête parlementaire » conclut le Premier secrétaire parlementaire. On s’en souvient, c’est le même Driss Lachgar qui avait présidé la fameuse commission d’enquête sur le CIH. C’était du temps du gouvernement d’alternance, presque dans une autre vie., 

Narjis Rerhaye
Samedi 26 Juillet 2014

Lu 1263 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs