Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar à l’Université populaire de la Fondation Fqih Tétouani : Quitte à provoquer un autre Missour, nous nous opposerons à toute idée de retour à l’option du référendum au Sahara




Le discours Royal correspond parfaitement aux orientations de l’USFP



Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, n’a pas mâché ses mots lors d’une rencontre organisée mardi à Salé par l’Université populaire de la Fondation Fqih Tétouani pour les sciences, la littérature et les œuvres sociales et animée par des journalistes marocains.
D’entrée de jeu, il a dévoilé le fond de sa pensée à propos des plans actuellement ourdis contre la marocanité de nos provinces sahariennes. Il a, dans ce sens, accusé ouvertement les Etats-Unis de tramer un complot contre l’intégrité territoriale du Maroc, tout en saluant le discours fort prononcé par S.M le Roi Mohammed VI, le mercredi 20 avril 2016 à Ryad, lors du Sommet Maroc-Pays du Golfe. Ce discours a, selon lui, mis les points sur les i surtout lorsque  le Souverain a affirmé que «les plans d’agression attentatoires à notre stabilité se poursuivent toujours et ne cesseront pas. En effet, après avoir morcelé et détruit nombre de pays du Machreq arabe, les voilà qui s’en prennent aujourd’hui à son flanc occidental. Le dernier en date concerne les manœuvres orchestrées contre l’intégrité territoriale de votre deuxième pays, le Maroc».
«L’USFP est le premier parti à avoir réagi à ce discours Royal qui  s’accorde parfaitement avec nos orientations», a souligné le dirigeant ittihadi. D’après lui, le parti de la Rose a, à travers les déclarations de ses responsables, les communiqués de ses instances dirigeantes et les commentaires de ses organes de presse, mis à l’index le complot fomenté contre notre intégrité territoriale, et ce au moment même où quelques parties nouaient des relations avec les Etats-Unis. 
Selon Driss Lachguar, ce complot qui ne vise pas seulement le Maroc mais également les pays de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, ne date pas d’aujourd’hui, mais remonte à 2010, année au cours de laquelle WikiLeaks avait révélé des milliers de dépêches diplomatiques et de directives américaines. Se rendant compte de cet horrible complot qui vise le monde arabe, le Royaume et les pays du Golfe ont décidé, selon lui, de renforcer leur alliance stratégique.
Le Premier secrétaire de l’USFP a, par ailleurs, mis en garde contre toute ingérence des Etats-Unis dans les affaires intérieures du Maroc. Il a exprimé son inquiétude quant à l’éventualité d’une nouvelle tentative similaire lors des élections américaines qui se tiendront en octobre prochain pour faire pencher la balance en faveur du PJD. Driss Lachguar a fait, à ce propos, allusion à la déclaration de l’actuelle candidate démocrate à la présidence américaine, Hillary Clinton, qui avait affirmé il y a quelques mois qu’elle était favorable à ce que le PJD rempile pour un second mandat. A ce propos, il a ajouté avec ironie : «Aujourd’hui, je suis tout à fait d’accord avec Abdelilah Benkirane. Je suis convaincu qu’il existe bel et bien des crocodiles et des démons surtout le grand crocodile et le grand démon qui a pu influencer les résultats des élections de 2011 et qui pourrait faire de même après les déclarations que nous avons récemment entendues». Il a rappelé, dans ce sens, que Benkirane lui-même disait avant les législatives de 2011 que son parti pourrait obtenir 70 sièges, mais par miracle il a en obtenu 107 sans que la presse ne s’interroge ou n’enquête sur ce fait bizarre
A propos de la question des rapports de force qui penchent  actuellement en faveur des Etats-Unis, le Premier secrétaire de l’USFP a affirmé que le peuple marocain qui a fait front, de par le passé, contre le colonialisme français et espagnol, peut aujourd’hui faire face aux stratagèmes et aux complots qui visent son intégrité territoriale. Selon lui, le peuple marocain peut faire face aux Etats-Unis et leur dire :«Ça suffit, vous n’avez pas le droit de vous ingérer dans nos affaires intérieures».
Le dirigeant ittihadi a également refusé toute idée de retour à l’option du référendum pour régler la question du Sahara marocain. Cette option a été enterrée par le Conseil de sécurité en 2004 et le Maroc a proposé une solution politique réaliste, sérieuse, praticable  et crédible pour mettre fin à ce conflit. D’après lui, l’USFP s’opposera énergiquement au référendum. «Nous sommes contre le référendum au Sahara marocain. Et même si un autre Missour était créé, nous dirons non au référendum». Driss Lachguar a fait allusion à ce propos à un fait inédit dans l’histoire politique du Maroc à savoir que l’USFP, sous la direction de feu Abderrahim Bouabid, s’était élevé contre le fait que le Maroc, ait accepté, lors du Sommet que l’OUA avait tenu à Nairobi en septembre 1981, l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara. Le Bureau politique de l’USFP avait, en l’occasion, exprimé ses réserves et Abderrahim Bouabid, Mohamed Elyazghi et Mohamed Lahbabi furent condamnés à un an de prison ferme et transférés à Missour, après avoir été préalablement détenus un mois durant à la prison de Laâlou à Rabat. La suite des évènements avait donné raison au parti de la Rose, rappelle-t-on.
 

Driss Lachguar a, par ailleurs, mis en exergue le rôle important joué par  l’USFP pour déjouer toutes les machinations ourdies par les ennemis de notre intégrité territoriale au sein de l’Internationale socialiste. A titre d’exemple, il a rappelé le dernier rapport de la session du Conseil de l’IS tenue en juillet 2015 à New York, document qui a fait une présentation du Sahara marocain, de ses habitants et de sa géographie, outre  une chronologie du conflit et des résolutions onusiennes y afférentes depuis  les années 80. Les recommandations de ce rapport appellent à une solution politique  négociée à même de mettre un terme au conflit artificiel autour de la question du Sahara. Les efforts, consentis par la délégation de l’USFP lors de cette session, ont été même salués par le ministère des Affaires étrangères et l’ambassadeur du Maroc aux Etats-Unis. Le dirigeant ittihadi a également démenti tout ce qui a été écrit à propos de la participation de la jeunesse de l’USFP au Congrès de la jeunesse de l’Internationale socialiste (IUSY) en février dernier.
Lors de cette même rencontre, le Premier secrétaire a abordé des questions se rapportant à la vie politique intérieure. Dans ce sens, il  a rejeté la proposition du secrétaire général du Parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat appelant, il y a quelques jours, à la constitution d’un gouvernement d’union nationale pour faire face aux menaces qui pèsent sur notre intégrité territoriale ainsi qu’à «la mainmise et à la domination étrangère». «Je respecte la proposition de Chabat, mais je crois que la situation actuelle n’exige pas la constitution d’un tel gouvernement», a déclaré le dirigeant ittihadi. Selon lui, la constitution d’un tel gouvernement créera un vide dans la vie politique. «Qui s’opposera à ce gouvernement?», s’est-il interrogé avant d’affirmer que l’absence de toute opposition mènera inévitablement le pays à la sédition.
Il a, en outre, affirmé qu’après son 9ème Congrès national, le parti de la Rose a pu resserrer ses rangs et restructurer ses organes et ses instances aux niveaux national, régional et provincial, et ce après des années d’inertie.
Cette nouvelle dynamique a permis à l’USFP de faire aujourd’hui partie  des mouvements sociaux de protestation (enseignants stagiaires, médecins-étudiants, etc.). Contrairement aux assertions colportées par d’aucuns et selon lesquelles l’USFP n’a fait que suivre les pas du PAM dans l’affaire de ces enseignants, Driss Lachguar a révélé que c’est le parti de la Rose qui, par devoir patriotique, a pris l’initiative pour aider à la solution de ce problème. Il a tout d’abord contacté Hamid Chabat, mais ce dernier était en déplacement en  Turquie, avant de prendre attache avec le secrétaire général du PAM, Ilyas El Omari qui a accepté d’agir de concert dans ce dossier. Par la suite, les dirigeants de l’USFP et du PAM ont adressé, depuis le siège du parti de la Rose, des lettres au chef du gouvernement et aux partis de la majorité. Le seul parti qui a répondu favorablement à cette missive n’est autre que le PPS. «La proposition qui a été prise en considération en fin compte par le gouvernement pour régler ce dossier, a été avancée par l’USFP lors de cette réunion avec les dirigeants du PPS», a-t-il conclu.

Mourad Tabet
Jeudi 28 Avril 2016

Lu 1461 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs