Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar à Ramallah pour participer au VIIème congrès du Fatah

Le Maroc réitère son soutien indéfectible à la cause palestinienne




Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, s’est rendu à Ramallah pour participer au VIIème Congrès du Fatah dont les travaux se sont ouverts hier.
Il fait partie d’une importante délégation comprenant le Parti de l’Istiqlal, le Mouvement populaire, le Rassemblement national des indépendants et le Parti authenticité et modernité.
Venus de Cisjordanie, de la Bande de Gaza et de l’étranger, les 1.400 cadres du Fatah invités doivent renouveler leurs instances dirigeantes.
Le point d’orgue du congrès devrait intervenir à partir du troisième jour avec l’annonce des candidatures au Conseil révolutionnaire (80 membres élus et une quarantaine nommés) et au Comité central (18 membres élus et quatre nommés par le président Mahmoud Abbas).
Il convient, par ailleurs, de rappeler que le Maroc a célébré, hier mardi, la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien :  Cette commémoration qui a coïncidé avec l’ouverture du Congrès du Fatah a été une occasion pour réaffirmer le soutien total et indéfectible du Royaume aux droits historiques légitimes du peuple palestinien, notamment la création d'un Etat palestinien indépendant, libre et souverain, avec Al Qods Acharif comme capitale.
Commémorant l'adoption, en 1947, par l'Assemblée générale des Nations unies de la résolution sur le partage de la Palestine, cette date particulièrement significative a constitué une occasion pour dénoncer les tueries, les massacres et les expulsions perpétrées par les forces d'occupation israéliennes.
Elle a été aussi un rendez-vous pour intensifier les efforts des acteurs des droits de l’Homme en faveur de la cause palestinienne et attirer l’attention de la communauté internationale sur le fait que la question de la Palestine n’est toujours pas réglée et que le peuple palestinien reste privé des droits inaliénables que lui a reconnus l’Assemblée générale, à savoir le droit à l’autodétermination sans ingérence extérieure, le droit à l’indépendance et à la souveraineté nationales et le droit de retour.
En Palestine, la célébration de la Journée de solidarité avec le peuple palestinien est intervenue, cette année, dans un contexte particulier marqué par le lancement d'une campagne nationale d'un an pour commémorer les 100 ans du "crime" de la Déclaration Balfour.
Signée par le ministre britannique des Affaires étrangères, Arthur James Balfour, en 1917, la Déclaration a apporté une reconnaissance officielle au mouvement sioniste qui, du coup, a bénéficié du soutien d'une grande puissance, en l'occurrence la Grande-Bretagne.
Dénonçant cette Déclaration, la Palestine vise à rappeler, à travers ladite campagne, au monde et en particulier à la Grande-Bretagne qu'ils doivent faire face à leur responsabilité historique et à réparer leur crime commis contre le peuple palestinien.
Fin juillet, lors du Sommet arabe, les Palestiniens ont exhorté la Ligue arabe à soutenir le dépôt d'une plainte contre le gouvernement britannique pour la Déclaration Balfour de 1917.
Le 13 octobre dernier à Paris, l’Unesco a adopté une résolution sur Al Qods-Est relative à la protection du patrimoine culturel palestinien, portée par plusieurs pays arabes et vivement contestée par Israël.
La résolution dénonce les incursions israéliennes récurrentes sur le site de l'Esplanade des Mosquées et les restrictions d'accès imposées aux fidèles musulmans.
Soumis par sept pays arabes, à savoir le Maroc, l'Egypte, le Liban, Oman, le Qatar et le Soudan, le texte a été adopté avec 24 voix pour, six contre, dont les Etats-Unis, et 28 abstentions, dont la France.
Solidaires à la question palestinienne, les Marocains n'ont jamais cessé de témoigner, à travers nombre de manifestations, leur indignation face aux violations des forces israéliennes qui se poursuivent sur les territoires occupés, où le nombre de morts et de prisonniers palestiniens ne cesse d'augmenter.
Le Maroc, sous la conduite de S.M le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al-Qods, fait preuve d’une grande mobilisation pour la défense de la question palestinienne et la préservation du statut juridique de la ville d’Al-Qods Acharif et sa protection de la politique de judaïsation avec tous les moyens légaux politiques, diplomatiques, humains et matériels disponibles.
L’engagement du Royaume en faveur de la cause palestinienne et sa solidarité agissante avec le peuple palestinien qui endure, depuis longtemps, de rudes épreuves, dans la défense de ses droits et libertés contre les agressions incessantes de l’armée d’occupation israélienne, ne sont guère à démontrer.
Le Maroc, attaché aux valeurs de paix, de démocratie, de tolérance et de compréhension mutuelle, ne cesse de condamner haut et fort et avec énergie, les violations et agressions commises, au quotidien, contre des Palestiniens, qui aspirent à une vie digne et à pouvoir retrouver enfin, la paix et la stabilité longtemps confisquées.
Au sein des institutions onusiennes et dans les foras internationaux, le Maroc ne cesse de tirer la sonnette d’alarme et d’adresser des messages forts à la communauté internationale, l’invitant à agir pour trouver une issue à ce conflit vieux de plus d'un demi-siècle.
Dans un message adressé, le 29 novembre 2015, au président du Comité des Nations unies pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, SM le Roi avait à nouveau réitéré le "soutien total et constant du Royaume du Maroc au peuple palestinien et à ses droits légitimes, historiques et inaliénables, avec au premier chef, son droit à établir son Etat indépendant sur ses territoires libérés, avec Jérusalem-Est comme capitale, un Etat vivant côte à côte, en paix et dans la sécurité avec Israël, dans le cadre de la légalité internationale et en accord avec l'Initiative de paix arabe et la feuille de route établie par le Quartet".
Aujourd'hui, environ un tiers du peuple palestinien vit sous une occupation militaire brutale en Cisjordanie, à Al-Qods et à Gaza. La moitié de la population continue de vivre à l’extérieur de la Palestine en tant que réfugiés.

Mercredi 30 Novembre 2016

Lu 833 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs