Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar : La marche organisée à Casablanca est le résultat d’un complot ourdi par la majorité gouvernementale

L’USFP appelle toutes les institutions constitutionnelles à prendre les décisions qu’elles jugent appropriées afin de préserver la crédibilité et l'intégrité des élections et du processus démocratique






 Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a fait hier une déclaration de presse concernant les derniers développements sur la scène politique nationale. Ci-dessous le texte intégral de ladite déclaration.

L’USFP suit avec inquiétude les faits en rapport avec le processus électoral concernant  les échéances du 7 octobre et qui ont commencé à prendre une tournure contre laquelle le parti avait mis en garde dès l’entame des préparatifs.
A l’instar des autres partis politiques, l’USFP a mobilisé l’ensemble de ses instances pour la préparation de ces échéances, et ce à travers les efforts déployés en vue d’une réforme du système juridique électoral. Mais cela n’a pas eu d’écho auprès du gouvernement ; bien au contraire, celui-ci a fait preuve de réticence à ce niveau.
L’USFP a contribué à la présentation d’un projet de loi sur la Commission nationale indépendante des élections, comme il a adressé au chef du gouvernement et des secrétaires généraux des partis politiques un mémorandum détaillé comprenant sa vision de la réforme du système électoral.
L’USFP a également présenté des propositions lors de l’amendement de la loi organique des élections pour l’élection des membres de la Chambre des représentants. Mais toutes ces initiatives n’ont pas bénéficié de l’accueil escompté.
Ce qui se passe aujourd’hui tant au niveau des déclarations que de prises de position par des responsables gouvernementaux et des dirigeants des partis de la majorité et notamment les déclarations du chef du gouvernement  lors de campagnes électorales anticipées, truffées, qui plus est, d’allusions directes visant à discréditer l’opération électorale, sachant qu’il en est le superviseur comme il l’a déclaré lui-même.
S’ajoutent à cela les déclarations du secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme, membre du gouvernement, et ce qui s’en est suivi avec la publication d’un communiqué du Cabinet Royal et de la réponse du bureau politique de ce parti.
De même que la sortie du ministre de la Justice et des Libertés, membre de la Commission gouvernementale chargée des élections aux côtés du ministre de l’Intérieur, et qui dénote d’une divergence claire et nette dans leurs prises de positions respectives exprimées, ce qui est regrettable, via des réseaux sociaux.
Ce qui confirme l’hétérogénéité de ce gouvernement, en particulier au sein la commission centrale  chargée du suivi de  ces élections qui connaît plusieurs divergences, ce qui ne rassure aucunement le parti quant au bon déroulement des prochaines élections.
La manifestation de Casablanca à propos de laquelle le gouvernement est divisé.  Convaincu qu’il s’agit d’un complot visant à servir les intérêts des partis de la majorité et d’une tentative cherchant à tromper l’opinion publique, l’USFP exige du gouvernement de fournir des explications à ce sujet.
De ce fait, l’USFP fait part de ses doutes fondés quant au processus de ces échéances.  On en a pour preuve l’enchainement des pratiques précitées et des doutes exprimés par la majorité gouvernementale elle-même concernant le processus électoral.
Aussi, l’USFP appelle-t-il le gouvernement à assumer ses responsabilités dans la gestion de l’étape actuelle, d’autant qu’il représente une institution constitutionnelle et non seulement des responsables gouvernementaux ou de partis qui expriment des pensées, des perceptions ou des convictions personnelles.
L’USFP s’adresse, de ce fait, à toutes les institutions constitutionnelles pour prendre les décisions qu’elles jugent appropriées afin de préserver la crédibilité et l'intégrité des élections et du processus démocratique.
L’USFP lance un appel à tous ceux qui se soucient de la réussite du processus démocratique dans notre pays, partis politiques, organisations syndicales et des droits de l’Homme et associations de la société civile pour plus de prudence et de vigilance à travers une mobilisation générale afin de faire avorter toute dérapage qui pourrait nuire à l'intégrité des prochaines échéances.
L’USFP se préserve le droit de prendre les décisions appropriées, comme il l’a toujours fait tout au long de son parcours historique, au cas où ces pratiques resteraient les mêmes.

Mardi 20 Septembre 2016

Lu 2938 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs