Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Deux attentats- suicide à Bagdad




Deux attentats- suicide à Bagdad
Deux attentats suicide ont fait jeudi matin au moins six morts dans le centre de Bagdad, selon des responsables.
 Les deux attentats ont eu lieu à quelques minutes d’intervalle à une heure de pointe dans le secteur commerçant de Kerrada, près d’un croisement sur lequel se trouvent un hôpital, un siège de la police et un tribunal.
 Trois personnes ont été tuées dans chacun des attentats, selon des responsables des services de santé et de sécurité.
“La première attaque était un attentat-suicide à la voiture piégée entre le tribunal et le siège de la police”, a déclaré le général Saad Maan, porte-parole de la Sécurité de la capitale.
 “Quelques minutes après, un autre kamikaze (...) s’est fait exploser”, a-t-il ajouté, faisant état lui aussi de six morts, dont des “membres des forces de sécurité”, dans les deux attaques.
 Des ambulances sont arrivées rapidement sur les lieux d’où s’élevaient des colonnes de fumée, tandis que les services de sécurité ont bouclé les rues dans le secteur. Ces nouveaux attentats surviennent au surlendemain d’une série d’attaques particulièrement violente à travers le pays ayant fait 42 morts, notamment à Bagdad où neuf voitures piégées ont explosé, dans la journée la plus meurtrière depuis les élections du 30 avril. L’Irak est endeuillé quotidiennement par des attaques et des attentats qui tuent en moyenne 25 personnes chaque jour. Les violences ont fait plus de 3.300 morts depuis le début de l’année.  Les autorités imputent l’instabilité à des facteurs extérieurs, au premier rang desquels la guerre en Syrie voisine. Mais diplomates et experts affirment que les violences sont surtout alimentées par la colère de la minorité sunnite, qui s’estime marginalisée et maltraitée par les autorités.
Le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki espère pouvoir décrocher un troisième mandat à l’issue des législatives du 30 avril —dont les résultats sont attendus pour la fin mai—, malgré un bilan mitigé.
Avant même les résultats des élections législatives irakiennes, des tractations sont déjà en cours pour la formation d’un gouvernement, avec une forte opposition à un nouveau mandat du Premier ministre sortant, Nouri al-Maliki.
Mais si la coalition de M. Maliki, l’Alliance pour l’Etat de droit, devrait récolter le plus grand nombre de sièges, elle n’aura cependant pas la majorité, donnant lieu à une course entre le Premier ministre, un chiite, et les formations rivales pour réunir les 165 sièges nécessaires à la formation d’un gouvernement. 

Vendredi 16 Mai 2014

Lu 338 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs