Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des séparatistes doublés de trafiquants notoires effarouchés par la détermination du Maroc

Sahara marocain Il y a 25 ans, le cessez-le-feu




Rencontre entre Feu Hassan II et Feu Chadli Benjdid le 27 mai 1991 à Oran.
Rencontre entre Feu Hassan II et Feu Chadli Benjdid le 27 mai 1991 à Oran.
Il y a 25 ans, le Maroc et le Polisario signaient un cessez-le-feu sous l’égide des Nations unies. Depuis, il est globalement respecté par les deux parties, en dépit de quelques problèmes épisodiques, sans aucune incidence toutefois sur le maintien de l'accord du 6 septembre 1991. Jusqu’à ce 14 août 2016, date de la décision du Royaume de mettre fin à une longue période de laisser-aller que le Polisario avait mise à profit pour développer des trafics  en tous genres et des réseaux de contrebandiers s’étendant jusqu’aux confins du grand Sahara contrôlé par des organisations terroristes. Au cours de ces vingt-cinq années, les trafics de drogue, d’armes, d’êtres humains et de produits alimentaires provenant des aides humanitaires, initialement destinées aux habitants des camps de Tindouf, ont connu un essor sans égal et enrichi des hommes sans scrupules, faisant  des souffrances de ces pauvres séquestrés, leur principal fonds de commerce.
Cette décision marocaine du 14 août n’était pas faite pour arranger les affaires des séparatistes en chef et pour cause. Le contrôle de ce point frontalier met fin au juteux trafic qu’ils contrôlaient, d’une part. D’autre part, les chefs du Polisario comptaient l’exploiter pour introduire des armes en vue de mener des opérations terroristes dans les provinces sahariennes du Royaume. Opérations qui devaient s’étendre par la suite à d’autres villes.
Réagissant à l’opération de ratissage de Kandahar décidée par le Maroc, en connivence avec la Mauritanie,  et qui a lésé leurs intérêts égoïstes, les chefs du Polisario ont menacé par leurs agissements provocateurs le cessez-le feu du 6 septembre 1991 qui était le résultat de la conjugaison de plusieurs initiatives allant dans le sens de l'apaisement. Au Maghreb, le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et l'Algérie le 6 mai 1988, après 12 années de rupture, allait mettre fin aux dissensions autour du différend territorial.
Il faut cependant rappeler que les ponts n’ont jamais été coupés entre le Roi Hassan II et le président Chadli Ben djedid tout au long de la période 1979-1992. Ils n’ont cessé de multiplier des réunions bilatérales, outre  celles s’inscrivant dans le cadre régional.
La dernière de ces réunions entre les deux chefs d’Etat et qui s’est déroulée à titre officiel  s’est tenue en mai 1991 à Oran pour discuter des modalités visant à faire taire les armes entre le Maroc et le Polisario. L'implication de la plus haute autorité algérienne devait être une garantie essentielle pour le Royaume du respect de cet accord. Quatre mois après la réunion d'Oran, le cessez-le-feu est signé, couronnant ainsi un long processus de médiation initié en 1985 par l'ONU. Le 30 août 1988, le secrétaire général des Nations unies, le Péruvien Javier Pérez de Cuellar, soumettait aux deux parties des propositions de règlement du conflit.
Malgré des tensions ponctuelles et l’échec de Javier Perez de Cueller dans l’organisation du référendum, le  cessez-le-feu a toujours été respecté par les deux parties. Même lorsque les milices du Polisario ont occupé les zones tampons situées à l'est du mur de sécurité. Zones que le Polisario continue d’occuper en les désignant pompeusement comme étant des «territoires libérés».

Ahmadou El-Katab
Vendredi 9 Septembre 2016

Lu 2345 fois


1.Posté par khalid le 13/09/2016 09:05
les autorités Algériens dans leur soutient aveugle aux séparatistes ont ouvert plusieurs brèches dans leur territoire....
On voit aujourd hui plusieurs mouvements séparatistes a l indépendance de leurs régions ,exemple du MAK (mouvement pour l autonomie de la kabylie ,le MAC (mouvement pour l autonomie Chaoui,le Mouvement pour l autonomie du MZAB ,toute d ethnies berbères sans compter les touaregs ,les targuis ainsi que l Azawad et les touaregs ...
une vrai bombe a retardement ,si vous y rajouté avec tout cela l effondrement économique du pays !!!
Les autorités Algériennes ont tout tenter contre le Maroc ,a trop vouloir isoler notre pays,ils se sont isolés eux même ....
Le régime algérien renforce militairement toute ses frontières en feux ,tunisie,libye,mali,niger,mauritanie .
A trop vouloir jouer les justifiera a l extérieur de leur pays ,ils auraient du régler le problème du citoyen algérien en premier ,c est de ce dernier que dépend la stabilité de L Algerie.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs