Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des pratiques condamnables à l’occasion de l’Aïd à Essaouira

Outre l’abandon des «btana », les jeunes grilleurs de têtes et pattes ont aussi accentué l’insalubrité et l’anarchie




Une vraie honte ! C’est le moins que l’on puisse dire face aux pratiques condamnables qui ont empoisonné la fête du sacrifice à Essaouira.
Etrangement, d’une manière incivique et on ne peut plus irresponsable, plusieurs centaines de ménages  se sont débarrassés de leur «Btana» (peau de mouton) en la jetant aux abords des chaussées, ou tout simplement à proximité de leurs portes.
A quelques mètres du siège provisoire du tribunal de première instance, l’image est catastrophique ! Plusieurs dizaines de peaux sont toujours entassées sur le trottoir avec toute l’insalubrité et la puanteur que cela génère.
«C’est une honte ! On dirait qu’une mouche d’irresponsabilité et d’insalubrité a piqué plusieurs milliers de citoyens à Essaouira à l’occasion de l’Aïd. C’est un comportement répréhensible car cela risque de devenir une coutume à l’occasion de chaque Aïd. Où sont les responsables ? Ils doivent venir voir ça ! Il ne manquait vraiment que les «Btanas» pour pourrir encore plus la vie des Souiris qui souffrent de la crise des déchets ménagers depuis plusieurs mois !», s’est indigné un citoyen.
La veille de l’Aïd, plusieurs milliers de sacs en plastique ont été distribués, au hasard malheureusement, à fin de mieux gérer la collecte des déchets multipliés par trois à cette occasion. Ces sacs n’ont été utilisés par les bénéficiaires que dans le strict minimum!
«Certes, un effort louable a été déployé par les services compétents en vue de mieux maîtriser l’augmentation des déchets ménagers, mais le comportement des citoyens n’a pas profité à cette volonté qui a buté contre de nouvelles pratiques étranges et étrangères à la ville», a déclaré un habitant du quartier Azlef.
Outre l’abandon de ces peaux un peu partout, les jeunes grilleurs de têtes et pattes de moutons ont aussi accentué l’insalubrité et l’anarchie.
Branchage calciné et  grosses pierres ont été abandonnés sur les lieux occupés le jour de l’Aïd au cœur des quartiers.
«On dirait que les gens ont tendance à se permettre toutes les pratiques inciviques à l’occasion de cette fête visiblement déviée de ses fins religieuses et sociales. Nous sommes actuellement devant un sérieux problème écologique et sanitaire à résoudre de toute urgence. Les peaux de moutons abandonnées menacent la santé des citoyens et doivent impérativement être évacuées vers la décharge publique», a protesté un habitant du quartier Rawnack.

Abdelali Khallad
Vendredi 16 Septembre 2016

Lu 2303 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs