Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des milliers de civils fuient l’offensive militaire au Waziristan à la faveur d’un assouplissement du couvre-feu

L’armée pakistanaise fait le vide pour faciliter son opération terrestre visant les rebelles




Des milliers de civils fuient l’offensive militaire au Waziristan  à la faveur d’un assouplissement du couvre-feu
Des dizaines de milliers de civils ont continué jeudi à fuir l'offensive militaire pakistanaise visant les talibans et Al-Qaïda dans la zone tribale du Waziristan du Nord, trouvant refuge dans les régions proches, y compris l'Afghanistan voisin. L'exode s'est accéléré depuis mercredi et l'assouplissement pour trois jours du couvre-feu imposé dans la zone tribale, mesure destinée à permettre aux civils de fuir avant qu'Islamabad n'y lance ses blindés et troupes au sol pour la "nettoyer" des islamistes. Le Pakistan a annoncé vouloir "détruire" une fois pour toutes les bases des rebelles, accusés de multiples attentats, dans ce qui est considéré comme leur principal sanctuaire dans le pays. L'opération était attendue de longue date par les alliés occidentaux d'Islamabad. L'exode des civils s'est poursuivi jeudi, atteignant 140.000 selon les autorités depuis la fin mai, lorsque l'aviation pakistanaise a intensifié ses bombardements en vue de l'offensive. Ce chiffre officiel représente déjà plus d'un quart de la population estimée du Waziristan du Nord, un territoire pauvre, montagneux et reculé situé à la frontière de l'Afghanistan, avant l'offensive. Mais il est selon nombre de sources locales bien inférieur à la réalité, car ne prenant en compte que les déplacés recensés par les autorités, et tous ne le sont pas. La plupart ont gagné Bannu, la grande ville la plus proche, située dans la province pakistanaise de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest). Selon l'Autorité fédérale de gestion des sinistres, près de 51.000 y sont arrivés en deux jours depuis la levée du couvre-feu mercredi. Ce chiffre s'ajoute aux 62.000 qui avaient déjà fui la zone pour gagner l'intérieur du Pakistan avant mercredi, et aux 30.000 autres qui sont eux allés à l'ouest, franchissant la frontière toute proche pour se réfugier en Afghanistan, a indiqué à l'AFP un responsable chargé de surveiller cet afflux côté afghan.
Des responsables pakistanais interrogés jeudi par l'AFP n'ont pas caché jeudi leur ambition de voir le Waziristan du Nord se "vider" au maximum de ses habitants ces prochains jours pour faciliter une opération terrestre qui s'annonce à huis clos, les médias ayant été également invités à quitter la zone. 
L'armée pakistanaise a jusque-là surtout procédé à des bombardements aériens qui n'ont tué selon elle que des rebelles, plus de 200, un bilan impossible à vérifier de source indépendante. 

AFP
Samedi 21 Juin 2014

Lu 120 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs