Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des journalistes manifestent devant le département de Ramid : “Le ministère est là quid de la liberté ?”




Des journalistes manifestent devant le département de Ramid : “Le ministère est là quid de la liberté ?”
Jeudi dernier vers 17 heures, une dizaine de journalistes se sont rassemblés, à l’appel du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), devant le siège du ministère de la Justice et des Libertés pour exprimer leur colère contre la violence policière subie ces derniers mois par leurs confrères.
Mardi dernier, rappelle-t-on, la police avait sévèrement tabassé Oussimouh Lahcen, journaliste à Al Ahdat Al Maghribia, Mourad Bourja et Mouaiss de l’agence AIC Presse et Ahmed Jourfi, photographe du journal Assabah alors qu’ils couvraient une manifestation du Mouvement du 20 février. Le SNPM avait condamné l’intervention musclée de la police et appelé à une manifestation devant le siège de ministère de Ramid à l’occasion de la Journée nationale de l’information. Une fois la manifestation commencée, Mustapha Ramid est sorti du siège de son département pour rester quelques minutes aux côtés de Younès Moujahid, secrétaire général du SNPM et de son adjoint Abdellah Bekkali.
« Le ministère est là, mais où est la liberté ?», « Assez de slogans, nous voulons la liberté ». Deux slogans parmi d’autres que les manifestants ont scandés à tue-tête devant Mustapha Ramid. Une manière de lui rappeler  qu’il est à la fois ministre de la Justice et aussi des Libertés.
Lors de cette manifestation, les journalistes n’étaient pas seuls. Plusieurs personnalités politiques, syndicales et des activistes des droits de l’Homme ont tenu à soutenir leurs revendications. Etaient  présents à cette manifestation Abderrahman Benamor (secrétaire général du Parti de l’avant-garde socialiste et démocratique), Khalid Soufiani (avocat), Mustapha Mouatassim (président d’Al Badil Al Hadari) et Abdelhamid Amine (vice-président de l’AMDH). Des membres du bureau national du Syndicat démocratique de la justice (Abdessadek Essaidi, Charifi Alaoui et d’autres) ont également participé à cette manifestation.
Younès Moujahid, secrétaire général du SNPM, a condamné dans une courte allocution à la fin de cette manifestation, le recours itératif et systématique par les forces de l’ordre à la violence contre des journalistes et photographes de presse lors de leur couverture des manifestations et autres sit-in. Il a rappelé également que le syndicat a, à maintes reprises, saisi le département de l’Intérieur, de la Justice et des Libertés et de la Communication, sans toutefois obtenir de réponse.
Lors d’un colloque organisé après l’incident de mardi dernier, le ministre de la Communication, Mustapha Khalfi, avait seulement fait part de ses regrets comme s’il était un simple citoyen et non un ministre en exercice.
Cette fois-ci, la police s’est contentée de surveiller de loin la manifestation qui s’est dispersée vers 18 heures dans le calme et sans heurts.

Mourad Tabet
Samedi 17 Novembre 2012

Lu 786 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs